12 février 2010

Bientôt Sarcelles ?


La révolution varésienne est en marche. Le développement durable a frappé. Finie la terre battue, fini le sable de Vignats qui fait le charme des avenues et allées vésigondines. Place aux enrobés chimiques de la routière Colas !

Trottoirs enrobés selon échantillons déroulés sous les yeux des membres de la commission urbanisme médusés ! L’ordre est tombé de l’allée de l’émeute avec la bénédiction de la Josette, une accroc du bitume. Finies les banquettes anglaises : la sarcellisation du Vésinet est marche.

Début planifié boulevard des États Unis, section pont de Croissy jusqu’au commissariat de police. L’espace piétonnier le plus fréquenté du Vésinet ! Un revêtement synthétique qui augmente le ruissellement et empêche l’eau de rejoindre la nappe phréatique ! Y a t-il une justification économique, une justification esthétique ? Non aucune explication n’est donnée pour cette décision qui fait de la voirie du Vésinet le nouvel exutoire des usines de produits chimiques.

Prochaine étape selon le volatile qui préside la commission urbanisme : déploiement du gazon synthétique dit « evergreen » sur les nouveaux ilots verts. Un appel d’offre est lancé dont le financement serait assuré par la revente des tondeuses devenues superfétatoires.

Dans le plan de modernisation du Vésinet présenté à la commission urbanisme du 10 février : après les trottoirs plastiques, les pelouses synthétiques, implantation de sujets arborés génétiquement modifiés. C’est la fin programmée des arbres à feuilles caduques. Plus besoin de souffleuses : IL ne supportait pas la poussière soulevée lors du ramassage des feuilles par les aspirateurs : ça ne s’invente pas.

Vous aviez rêvé de Sarcelles, alors ne désespérez pas du Varèzinet !



20 commentaires:

  1. Le maire a un problème personnel avec le sable de Vignats. Il l'a dit un jour dans un conseil de Quartier (quand ça avait encore un sens) et avec une telle véhémence que nul ne pouvait douter de la suite...
    Mettez-lui 20 mètres d'enrobé devant chez lui et vous sauverez peut-être le reste de nos avenues.

    D'une façon générale, si on n'aime pas la terre à ses semelles, les feuilles mortes en automne, les arbres, l'angoisse des espaces verts trop déserts, les banquettes anglaises, les lacs et petites rivières où les gosses peuvent tomber ... la solution est simple: choisissez une autre commune déjà bétonnée. C'est pas ce qui manque!

    RépondreSupprimer
  2. Le bitume plus écolo que les banquettes anglaises, le gazon plastique plus écolo que l'herbe , les arbres génétiquement modifiés plus écolo que nature ?

    Vous êtes sûrs qu'il n'est pas passé sous le nuage de Tchernobyl ? Psychasthénie foudroyante ? M'est avis qu'on est en dessous de la vérité. C'est grave Docteur ?

    RépondreSupprimer
  3. Et on voudrait nous faire croire que l'on va respecter les "arbres remarquables" lors de la construction de l'égo-quartier. On a déjà dû commander des sosies chez Rhone-Poulenc. Aurait-il décidé de sauver à lui seul l'industrie chimique française ? N'importe quoi !

    RépondreSupprimer
  4. Ah, les lobbys bobos écolos avec leurs leurs Cayenne, Humvee, Pajero, Terranos, Pathfinder, X-trail et autres tous terrains d'origine militaire ou japonaise ont donc demandé des bordures anglaises indestructibles. Auront ils aussi des arbres insensibles à leur pollution, eux qui détruisent sans vergogne l'environnement avec leurs 3 litres 5 turbo-charged pour faire américain, (bienque ne parlant pas un mot d'anglais correct !). A quand des passages pour piétons indestructibles pour résister aux assauts des mêmes abruti(e)s du volant !
    On pourrait aussi prévoir des pelouse avaleuses de m....e pour déblayer les déjections de leurs pauvres zanimos de CONpagnie !

    RépondreSupprimer
  5. Au secours Borloo !

    Pas de légion d'honneur, SVP.

    Il ne supporte pas la poussière Tiens donc !
    Et la poussière quand on va construire les 40 bâtiments de l'égo-quartier, on a le droit de ne pas la supporter et de refuser la construction ?

    Et le gaz carbonique qui se dégage de ses coupettes de champ', il le supporte ? C'est pas dangereux pour la planète ?

    RépondreSupprimer
  6. Faut pas paniquer comme çà, pour rien, juste une ch'tite expérience, dans notre intérêt à tous, qui comprenons pas toujours le monde selon Lui. Et puis d'abord, c'était pas écrit dans le programme Herr PV. On se serait quand même pas permis de nous mener en bateau à l'insu de notre plein gré ?

    RépondreSupprimer
  7. - Et vous nous dites ?
    - Je continue !
    P...encore 4 ans !

    RépondreSupprimer
  8. Oie, pigeon, mouton, sarcelle, faisan, dindon !
    Toujours si bucolique, notre Vésinet...

    RépondreSupprimer
  9. Vous le voulûtes,
    Vous l'eûtes,
    Et zut !

    RépondreSupprimer
  10. Jamais contents !

    C'est bien le gazon en plastique, pas d'arrosages, pas d'engrais, pas de tonte ;

    C'est bien les faux arbres,pas de feuilles qui tombent, pas d'oiseaux dedans donc pas de bruit le matin de bonne heure quand les centenaires dorment ;

    C'est bien les trottoirs en plastique, pas de nids-de-poule à reboucher ;

    Et un maire en plastique ça existe ?

    RépondreSupprimer
  11. Je ne le voulais pas, je l'eus et ce fut pire que prévu !

    RépondreSupprimer
  12. Bon,
    On se calme.
    Pour l'instant, c'est juste un revêtement sur un bout de trottoir. Le reste, les arbres en plastoc, les OGM, c'est les habituelles digressions de Phenix. Même s'il n'a pas tout inventé, il doit faire la part des boutades!

    Reste que la menace de 240.000m² de béton supplémentaire dans notre belle cité jardin, c'est pas une bonne idée. Même si ça fait faire des économies de cirage à not'maire.

    Et d'ailleurs, avec tout ceux qui lui cirent les pompes à longueur d'année, de quoi se plaint-il?

    RépondreSupprimer
  13. " des boutades " ?
    Elles commencent à me monter au nez, ces boutades-là !

    RépondreSupprimer
  14. Holà, élus !
    Quand mettrez-vous donc le holà
    A celui-là et ses bévues
    Qui tous nous tirent vers le bas ?

    RépondreSupprimer
  15. Olivier de Serres12 février 2010 à 18:15

    700 mm de pluie par an sur 240 000 M2 rendus imperméables représentent 168 000 M3 d'eau perdus pour l'arrosage naturel des arbres et arbustes bordant les trottoirs. La mineuse du marronnier, friande d'arbres mal hydratés, va être ravie!

    RépondreSupprimer
  16. La plupart des intervenants de ce site circulent-ils à pied sur lesdits trotoirs en terre battue le matin avant d'aller au travail? Certes non. Foy avait fait refaire ceux du Boulevard de la princesse (notamment) et l'action de cette Municipalité s'inscrit dans la continuité.
    Mais il est préférable de blâmer tous les agissements de ceux qui oeuvrent pour cette collectivité. C'est la seule raison d'être de ce site.

    RépondreSupprimer
  17. Vous avez dit éco-responsables ? Balivernes !

    RépondreSupprimer
  18. IL nous manquent ces élus de Varèse .Enfin on va les voir le 18 Février prochain.Ne les ratons pas: depuis 2 mois ont-ils fait des progrés avec les formations ? avec lee DGS qui les couvent?le breuvage de fidelité à Varèse fait -il encore effet?Rendez-vous le 18 .Le spectacle est gratuit et surveillé.On ne craint rien.Avec un peu de chance on est assis.

    RépondreSupprimer
  19. @ An. 20:20 12/02
    Il y a ceux qui oeuvrent au bien commun.
    Et il y a aussi ceux qui manoeuvrent.
    Ceux-ci causent un tort considérable à ceux-là, et il est heureux que ce blog existe pour le dire.
    Enfin, le blâme des ACTIONS (pas des " agissements " = lapsus significatif?) n'a-t-il pas été l'activité essentielle des opposants d'alors, qui auraient mieux fait de travailler leurs dossiers dans un sens positif...

    RépondreSupprimer
  20. Oui, j'emprunte les trottoirs boueux (rarement) poussiéreux (plus souvent qu'avant). Et un petit entretien ne leur ferait pas de mal, mais pas de béton, pas de revêtement, rien que le sable local qui ne devient pas pulvérulent (comme le sable de Vignats qui s'use) et qui draine l'eau.
    Olivier de Serre a 1000 fois raison, c'est l'eau qu'il faut éviter d'envoyer à l'égout.
    Le Vésinet, c'est d'abord des espaces verts, qui doivent rester verts. Nos haies ont besoin de l'eau des trottoirs, nos arbres aussi.
    Ceci ne vaut pas pour les quartiers urbains mais pour toutes les avenues du parc et leur banquette anglaise.
    Comme je l'ai dit plus haut, si on ne supporte pas les signes extérieurs de la nature, il ne faut pas habiter au Vésinet. On ne vient pas habiter ici par hasard. Si on a choisi le Vésinet pour le voir bétonner, on a fait la mauvais choix.

    RépondreSupprimer