20 février 2010

Éco Quartier : Fini de plaisanter !


Les opposants à la procédure de révision simplifiée du POS imposée par le maire pour complaire aux autorités viennent de changer de braquet. Souvent brocardés pour leur usage extensif du fleuret moucheté, ils ont sorti l’artillerie lourde. Délaissant les motions nègre-blanc aussi efficaces que des chassepots, ils ont timbré du papier bleu.

Leur choix était cornélien : faire encore montre de bonne volonté et continuer à se faire enfumer, sortir la canonnière et porter la responsabilité du casus belli. Les faucons se sont imposés. A force de passer pour des dindons les colombes ont muté.

Trois associations,
plusieurs centaines de vésigondins, se sont fédérées pour déférer le 17 février la mairie devant le tribunal administratif. Comme au bon vieux temps où le "négationniste" persécutait Foy. Même si aucune des actions menées par Varèse et ses agents pour contrecarrer l’avancée du projet place du marché n’a eu le moindre effet - seule l’action menée contre Chaslin par Sarfaty a grippé la machine municipale – une énergie considérable va être mobilisée en toute improductivité et une épée de Damoclès vient planer sur la tête du maire.

Utilisant une fissure dans la procédure, ce dernier a décidé – contre vents et marées - de s’affranchir des rigueurs du PLU pour lancer un méga projet qui n’a pas eu d’équivalent depuis la création du Vésinet. Ainsi il glisse le 18 décembre en 14 ème position de l’ordre du jour du conseil municipal ayant à connaître du budget 2010, une délibération qui, passée à 23 h 45, autorise le by-pass de la démarche PLU de droit commun.

Donner le cadre juridique, environnemental et financier à la
plus grande opération immobilière (600 logements) jamais réalisée au Vésinet par le truchement d’une révision simplifiée du POS, c’est « bâcler le boulot » et se moquer des concitoyens jugent les adhérents de ces associations, en attendant de le faire confirmer par le tribunal.

C’est, sur le fond, la thèse défendue par l’AEB, l’ACR et le CPV dans le recours que ces associations formulent contre cette délibération.

La preuve que le maire a torché le projet est apportée à toutes les pages du règlement de cette révision. Exemples pris au hasard du document soumis à l'enquête publique : il laisse l’aménageur libre d’implanter des lignes électriques aériennes tout comme il rend possible la construction d’un embranchement ferroviaire ou celle de postes de distribution d’essence ! Toutes opérations nommément mentionnées. Stupéfiant !

L’inadéquation de la démarche au forceps pour un projet de cette ampleur est stigmatisée dans ce recours tout comme l’incohérence du document dont les perles sont à la hauteur de l’incompétence de nos élus. Si la cour suit les conclusions des associations le tribunal déclarera inappropriée la procédure de révision simplifiée pour décider des règles d’aménagements des terrains de l’hôpital entraînant ipso facto l’intégration de ce projet dans le développement du PLU.

En avant pour un long débat, pour le plus grand profit ... des avocats.


liens utiles : L'AEB s'intéresse au P.U.T.H.
Le commissaire tacle Varèse
Déni de démocratie, une délibération faussée
"Parlez vous" par Christian Murez




22 commentaires:

  1. Enfin les opposants agissent. Varèse commence à perdre pied, il est même lâché par l'UMP et par POURCHET : toute la ville en parle.

    RépondreSupprimer
  2. si je comprends bien l'eco-quartier c'est pour la prochaine mandature ou pour plus tard?
    ceci dit avoir des lignes electriques aeriennes est ce compatible avec un ECO quartier?
    Ceci dit est ce qu'il y a une date précise de depart pour l'INSERM?

    RépondreSupprimer
  3. Et Myard qui est responsable de cette situation quelle est sa position ?

    RépondreSupprimer
  4. La position de Myard ? Debout.
    Et Roro ? A genoux...

    RépondreSupprimer
  5. Myard debout ? Vu qu'il est haut comme 3 pommes à genoux !

    RépondreSupprimer
  6. 600 Logements, vont nécessiter un renforcement del'alimentation électrique de l'éco-quartier, dou construction d'un transformateut Haute-Tension, Moyenne-tension et un deuxième transformateur Moyenne-Tension, Basse Tension (380 V Triphasé, 220 V monophasé), pour alimenter le transformateur Haute-Tension, il faudra construire une ligne de 220.000 Volts et ce sera une ligne aérienne avec des pylones muguets, parce que R.T.E. ne voudra pas creuser une tranchèe de plusieurs kilomètres depuis le Poste Source de Rueil-Malmaison (92).L'environnement visuel en prendra un sacré coup.
    Anonyme

    RépondreSupprimer
  7. Si le tribunal administratif valide la revendication des trois associations, l'épée de Damoclès ira-t-elle jusqu'à demander la départ du maire et de son équipe ?

    RépondreSupprimer
  8. L'Inserm n'est peut-être pas tant le problème que l'IRSN. Il se murmure, dans les milieux qui se disent bien informés, que c'est un problème encore sans solution.
    On chuchote aussi que les aménageurs ne se bousculeraient pas au portillon pour se lancer dans l'aventure avec tant d'écueils et une municipalité si peu fiable...(municipalité qui tire une tronche de trois pieds de long sur la question mais ne dit rien).
    Le recours ne va pas les encourager plus que ça

    RépondreSupprimer
  9. Si vous en avez plein le cul , faites comme moi et beaucoup d'autres, boycot TOTAL (Station essence = Erica) et du Vésinet (Marché pas intéressant, très cher, commerçants peu sympa,etc...pas de stationnement alimentant les caisses, pas de messe, pas de Monoprix, ni autres commerçants,...)allez ailleurs braves gens c'est nettement mieux : Marché : CHATOU super sympa et moins cher, Sartrouville : jeudis et Dimanches matin : beaucoup de choix, frais ,pas cher, animé !! Le Maire va bien à Marly le roi, Achats à St Germain en Laye en RER très sympa ! Voilà une façon de montrer son mécontentement et de tout bloquer !!
    Agissons !! Tous ensemble !!
    Ceux qui le souhaitent peuvent écrire et on montera un blog pour se regrouper et agir ensemble ! Suivez le guide !!

    RépondreSupprimer
  10. Il se murmure...on chuchote...les milieux bien informés...
    Joli florilège d'expression dont la presse use et abuse ...quand elle ne sait rien.
    Pipeau, baratin, poudre aux yeux, écran de fumée...
    dites plutôt que vous ne voulez pas de HLM à votre porte et assumez!

    RépondreSupprimer
  11. Anonyme de 18:36 :
    Alors on se met à genoux devant Roro ?
    Attendez qu'il sorte le paquebot coupé en deux, vous allez adorer...

    RépondreSupprimer
  12. A anonyme de 18:36
    C'est pas tant les HLM dont on ne veut pas, ce sont certains des oiseaux qu'on nous impose avec la cage.

    RépondreSupprimer
  13. A propos de l'éco-quartier, une mise au point s'impose:
    Ce n'est pas un projet du Maire. L'expression "ego-quartier" qui revient tout le temps n'a pas de sens. La seule chose que l'on puisse reprocher à la municipalité sur ce sujet, c'est de n'avoir aucun projet et donc, de laisser la "bride sur le cou" des divers cabinets d'experts qui se sont plaints plutôt de l'absence de directive que d'un "ego-quartier".
    Le souci du maire depuis le début, fut de satisfaire toutes les demandes de la "hiérarchie", préfet(e) et sous-préfets, et autres administrations. Ne pas faire d'obstruction, voilà la seule directive. Le contenu du projet, on ne peut pas sérieusement le mettre en cause ...il n'y en a pas.
    Donc, si aujourd'hui des contraintes extérieures, étrangères à la municipalité, viennent compromettre le bon déroulement de l'affaire (et ce ne sera pas le recours des associations qui n'est pas suspensif) le premier à s'en réjouir, devinez qui ce sera ?

    RépondreSupprimer
  14. @ Merci de revendiquer ce que peu de gens acceptent de dire tout haut. Il y en a encore qui associent HLM avec Minguettes et Val Fourré.
    Labaffe, il y a des baffes qui se perdent!

    RépondreSupprimer
  15. @anonyme de 9h 32
    Vous insinuez que le maire pourrait jouer un double jeu et se satisfaire de démarches dilatoires lui permettant de ne pas apparaitre comme réticent à l'avancement du projet vis à vis de sa hiérarchie. Il serait ainsi l'homme qui instrumentalise l'AEB pour le plus grand profit des vésigondins. Ce serait effectivement bien joué.
    Pb il perdrait toute chance d'avoir une décoration, une médaille sur son veston. Le maire non seulement est incapable d'imaginer une telle stratégie. Voir comment il gère tous ses dossiers montre qu'il n'a aucun sens politique; mais il n'est mu que par la recherche de la "reconnaissance" , des flatteries, des "honneurs" . Le Vésinet il n'en a rien à cirer alors l'éco quartier ça ne l'intéresse que si ça lui permet d'attirer les projecteurs sur sa petite personne.

    RépondreSupprimer
  16. Le maire n'instrumentalise pas les associations qui le dérangent plutôt car elles témoignent qu'il n'a pas prise sur ses administrés.
    Mais si "un élément extérieur", ne venant pas de lui ou de ce qu'il est censé contrôler, obligeait à repousser le projet quelques temps, il s'en satisferait tout à fait.
    Ouf! un problème de moins...
    Et c'est pas ma faute M'sieur..;
    On est loin de la stratégie, du sens politique, et d'un projet quelconque.
    Quant à la soif d'honneurs, il la partage avec beaucoup de ses concitoyens!

    RépondreSupprimer
  17. C'est amusant, mais certains messages laissent à penser que "la majorité nullicipale" lit le blog de Phénix.
    Rorovski agent double? Vous allez un peu loin dans l'état actuel des choses, c'est plutôt que sa pathétique garde rapprochée lui prépare une porte de sortie au cas ou les choses tourneraient au vinaigre. N'oubliez pas qu'il compte bien rester au Vésinet après son mandat.
    Manigances et complots? Si c'est le cas, notre pauvre Vésinet est tombé bien bas.

    RépondreSupprimer
  18. j'ai arrêté le nuage de Tchernobyl à la verticale de la ligne Imaginot. J'en connais un rayon sur les pollutions.
    J'imagine pas que les déchets nucléaires entreposés à l'IRSN puissent avoir contaminé les sols des terrains de l'hôpital. Ni Plutonium, ni Strontium, ni Radium n'ont jamais été entreposés.
    En revanche il y aurait des tonnes de VARESIUM, il parait qu'il faut des centaines d'années pour décontaminer ( en un seul mot) et personne pour s'en débarrasser...

    bon courage les vésigondins

    RépondreSupprimer
  19. Il est évident que la "majorité ...cipale" lit le blog. Sinon, pourquoi Phenix aurait-il ses ennuis ?

    Hélas, il semble que cette lecture n'ait pas les vertus qu'on aimerait en attendre. Sinon ce ne sont pas quatre abstentions qu'on aurait enregistré mais une dizaine de démissions.

    RépondreSupprimer
  20. Pellerin & Succ22 février 2010 à 12:53

    Le prochain conseil d'administration de l'IRSN se tiendra le 30 mars prochain à Paris.
    A cette occasion, on évoquera peut-être l'éventualité d'un départ, ce qui n'a toujours pas été mis à l'ordre du jour.
    Tout le reste n'est que balivernes.

    RépondreSupprimer
  21. Mercredi 17 février vers midi, dans un des bâtiments situé sur le site IRSN du Vésinet, des flacons en matière plastique, vides, en cours de séchage dans une étuve ont pris feu à la suite d’un mauvais réglage de la température de l’étuve par l’opérateur.

    Alerté par le dégagement de fumées, le personnel du site est intervenu sur le champ et a permis de maîtriser le départ de feu avant même l’arrivée des équipes d’intervention des sapeurs-pompiers puis de la police sur le site.


    Ce départ de feu n'a fait aucune victime, et les dommages matériels sont circonscrits à l’étuve et au plafond du local dans lequel elle était située. Aucune matière radioactive n'a été impliquée dans cet incident.

    RépondreSupprimer
  22. Et alors ? Quel rapport avec la date de départ de l'IRSN ? Qu'en conclue-t-on ?

    RépondreSupprimer