23 février 2010

Morceau d’anthologie



La diffusion sous forme écrite de l’intégralité de l’intervention du p’tit Robert lors de la délibération n° 9 permet d’accéder à une pièce d’anthologie. Quelque soit la coloration politique, l’idée que l’on ait de la démocratie, le niveau d’instruction ou la maîtrise de la langue française on reste sidéré à la lecture de ce document, qui reprend au mot le mot les propos tenus par le premier magistrat.

Pour prévenir tout usage abusif et tout détournement deux mots ont été changés dans cette retranscription, sans bien entendu en altérer le sens.
De ce verbatim on ne résiste pas au plaisir d' extraire les quelques phrases relatives au financement de la piscine de Houilles. Un monument d’humour, un régal pour l’esprit : on reconnaît la patte d’un ancien du MIT, d’un professeur à l’ENA !

"Enfin le processus de financement et c’est ça quand même qui est le point le plus important est un petit peu vicié à la base, si j’ose dire, parce qu’indirectement la CCBS joue le rôle de banquier auprès des communes. La CCBS s’acquitte en quelque sorte de son rôle de banquier, non pas en octroyant un prêt, mais en ne donnant pas en, ne reversant pas à la commune de Houilles en l’occurrence ou à une des autres communes le montant de la DSC, la dotation de solidarité compensatoire, qui elle est fondée sur la taxe professionnelle et c’est la partie de la dotation qui n’est pas consommée qui sert à payer ou à, qui sert à payer la partie de la commune de Houilles ; autrement dit cette retenue * ça ne peut être retenue qu’à partir de ce qui reste de ce qui n’a pas été déjà retenu, parce qu’en fait la DSC * le résultat du fonctionnement de la CCBS, et le résultat du fonctionnement de la CCBS résulte aussi la taxe professionnelle sur laquelle nous avons une inconnue majeure sur les années à venir et par conséquent sur les 15 ans à venir les rentrées effectives de la taxe professionnelle et donc ce qui restera en dotation de solidarité est une grande inconnue. "


Une telle capacité à rendre limpide ce qui est complexe, à faire simple quand on peut faire compliquer propulse le p’tit Robert au panthéon des vulgarisateurs, pardon des imposteurs !

Normal que les godillots (ci dessous) transportés par un tel brio, se soient ensuite mélangés les pinceaux en votant contre.



Si le chantre de la légalité, profitant de la vacance de ses opposants, s’amusait à inverser le sens d’un vote, à contrefaire la décision de 18 conseillers qui ont voté contre la délibération n° 9, en proclamant que la délibération est adoptée, serait-ce une forfaiture ?
Nul doute que le préfet des Yvelines serait saisi de cette magouille par des opposants bien décidés à faire chuter l’imposteur, avant que le tribunal administratif, ne soit appelé à son tour à trancher.

L'intégralité de cette délibération.



23 commentaires:

  1. un bel hâbleur se vante de monter une liste commune avec le vieil André et la Bel. Roro pas même dégagé que l'hidalgo sort du bois avec en poche une liste rose - bleu : rose pour les filles, bleu pour les garçons?

    RépondreSupprimer
  2. Je cite cet extrait :
    RV « Non c’est une décision de principe à la quelle je tiens parce que nous sommes
    dans l’enveloppe des temps, on avait encore 48 heures ? voilà »

    "L'enveloppe des temps"... Avec l'accent, il ne manque plus que les cigales et la bouillabaisse et on y est !
    Est-ce Jourdain qui fait de la poésie sans le savoir ?
    Que nenni ! C'est le p'tit Robert qui joue au maire sans y rien connaître !

    RépondreSupprimer
  3. De ce galimatias il ressort :

    - que not'maire sait diviser 375 par 25 ;
    - plonge "sur" la piscine, ça c'est plus fort !
    pour ne pas se mouiller,sans doute.

    Pour le reste, quelle bouillie que ce verbiage !

    RépondreSupprimer
  4. Ce que l'on conçoit bien, s'énonce clairement,
    Et les mots pour le dire, arrivent aisément.

    Nicolas Boileau

    RépondreSupprimer
  5. Plus besoin de somnifère !

    Lisez à haute le texte ci-dessus, au bout d'une minute, vous serez dans les bras de Morphée !

    Roro, sauveur de la sécu on n'y avait pas pensé.

    RépondreSupprimer
  6. Pour limiter l'impact sur le cosmos de ce morceau d'anthologie, rappelons que le vote à la CCBS ayant déjà eu lieu, le galimatias qui génère notre hilarité (et aussi notre tristesse quelque part) n'avait d'autre objet que le bon plaisir de notre élu en chef.
    Pan sur le bec!

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve qu ele plus remarquable dans ce texte c'est :

    - Donc la délibération est adoptée 21 contre et 4 abstentions !

    RépondreSupprimer
  8. Monsieur le Maire déclare qu'il y a des cabinets d'études dont les conclusions sont sujettes à caution : espérons qu'il fera le bon choix lorsqu'il choisira ceux auxquelles il remettra les milliers d'euros prévus au budget 2010. Mais soyons tranquilles, nos sous seront bien utilisés, les adjoints veillent (mais pas trop tard, la camomille c'est efficace !)

    RépondreSupprimer
  9. Le champagne n'avait pas été servi avant le Conseil ce soir-là ?

    RépondreSupprimer
  10. " Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. "

    Pierre Dac aurait-il croisé André-Robert ou Robert-André ?

    RépondreSupprimer
  11. Les adjoints veillent, certes, mais sont-ils éveillés ?

    RépondreSupprimer
  12. Les membres du Conseil Municipal absents le 18 février pourront-ils faire des remarques lors de l'approbation du compte-rendu lors du prochain Conseil Municipal ?

    RépondreSupprimer
  13. Il coupait les bateaux en 2 et les cheveux en 4, maintenant il nous sert de la bouillie et se noie dans une piscine pas encore construite. Quelle carrière !

    RépondreSupprimer
  14. Le contenu de ce conseil municipal peut il être décemment et légalement validé.
    Un compte rendu sert à quoi? Il est clair que dans celui ci, preuve est faite que le discours est peu compréhensible et devrait alerter les autorités administratives dont le Maire du Vésinet dépend afin de le mettre sous tutelle.
    Lorsqu'on exerce ses fonctions, il existe un réel danger si ses actes sont aussi brumeux que ses paroles et explications.
    Le Vésinet semble être totalement à la dérive. Il est temps que notre préfet y jète un coup d'oeil avant que cela ne s'agrave lourdement.

    RépondreSupprimer
  15. Reconnaissons à Mme Roche d'avoir eu une certaine prescience en posant la question "stupide"

    "Mais à quoi sert cette mascarade" demande -t-elle d'une manière plus policée

    Le maire toujours vaillant pour se ridiculiser sort les grands principes aux quels il déroge tous les soirs et tous les matins, pour finir par se planter piteusement en obligeant ses conseillers à voter contre.

    Dans l'Évangile la question qui tue est posée 3 fois, Varèse lui va la poser 4 fois : Qui est contre ?

    Tout contre ...

    RépondreSupprimer
  16. Comme disaient les deux vieux du bébête show:
    Lamentaaaaaaaaaaaaaaaaable

    RépondreSupprimer
  17. "....la retenue ne peut être retenue qu'à partir de qui reste de ce qui n'a pas été déjà retenu..." CQFD

    J'en connais un qui devrait être mis en retenue définitive

    RépondreSupprimer
  18. L'élocution confuse fait-elle partie des symptômes de la psychasthénie foudroyante ? Si oui, le tableau clinique s'aggrave.

    RépondreSupprimer
  19. Ce document circule déjà chez tous les maires de la CCBS...des âmes charitables l'ont transmis à la Hiérarchie.
    L'explication financière impressionne au plus haut niveau, la préfète aurait suggéré des cours de rattrapage.
    Y en a un qui est sur le grill, c'est lui qui aurait du alerter Varèse qu'il faisait une connerie. Sa tête avait été mise à prix, mais Chatard avait perdu. il ne devrait pas survivre à ce coup là.

    RépondreSupprimer
  20. Pourquoi les procès-verbaux des conseils de la CCBS ,ne sont-ils plus lisibles sur le site de la Mairie ?
    Le dernier qui y figure date du 4 février 2009. Sommes nous trop bêtes pour comprendre ou au contraire risquerions-nous de trop bien comprendre ?

    RépondreSupprimer
  21. Merci à Monsieur Coudert pour cette transcription.
    Et qu'il soit rassuré, les trois mots inaudibles n'ont qu'un rôle mineur dans la bonne compréhension de l'ensemble...

    RépondreSupprimer
  22. Les maires de la CCBS rigolent, la hiérarchie est au courant (depuis longtemps d'ailleurs)...
    et alors ? On est coincés pour encore 4 ans et il le sait.

    - Monsieur le Maire, quel était votre programme, il y a 2 ans ?
    - Etre Maire, uniquement !
    - Quels sont vos projets pour les 4 ans à venir?
    - En profiter, pardi !

    RépondreSupprimer
  23. Alors W..., toujours prêt à partir en campagne sous-marine ? Ne t'inquiètes pas les grandes vacances c'est pour bientôt.

    Tu vas embarquer sur une coquille de noix qui s'appelle "bétise et incompétence".

    Mais Albert, René, Gontrand, Gonzague Varèse (on ne sait plus quel est le vrai prénom) a démontré qu'il avait beaucoup de talent pour embaucher des inutiles : communication, Services ... à qui le tour!

    RépondreSupprimer