16 février 2010

Plaidoyer pour une vision


Des circonstances fortuites et la promotion d’une oie conduisent la mairie à imposer un emplacement central pour reconstruire la MJC. Sans réflexion globale, sans l’intelligence d’un schéma intégré de redéploiement des activités culturelles.

La chance d’une approche cohérente de la distribution des activités municipales peut encore être saisie. Le rééquilibrage entre le cœur de la ville qui concentre toutes les fonctions administratives et la périphérie, c’est à dire les quartiers, est possible, encore faudrait-il proposer un aménagement cohérent.

Les parcs, les pelouses, les coulées vertes et les rivières se sont inscrites dans une vue d’ensemble. Autre cohérence ( ?) la concentration de toutes les fonctions administratives d’État – poste, gendarmerie, police, service d’incendie, sécu, impôts et de la plupart des services municipaux juste au nord du boulevard Carnot.

Le PLU et son avatar le PADD plans qui expriment, entre autres, le projet de la collectivité locale en matière de développement environnemental et culturel sont, à notre connaissance, en cours d’établissement.

Décider de réimplanter la MJC sans attendre l’issue de cette réflexion consiste à mettre trivialement la charrue devant les bœufs, et à nier la logique de la démarche PLU d’intégration des équipements collectifs dans une vision.

Le bon sens, le calendrier, le respect des engagements concourent à développer une politique d’aménagement des activités culturelles et de loisirs sur l’ensemble du périmètre vésigondin, pas exclusivement limitée à une encablure du boulevard Carnot, comme est situé l’emplacement qui vient d’être décidé.

Avoir une vision n’impose pas le survol en hélicoptère. Avoir une vision n’est pas non plus donné au premier venu surtout quand la fonction de maire lui est échue par accident.


Photo : Une oie éplorée rue Foch !


16 commentaires:

  1. je n'ai pas reconnu l'oie. je donne ma lang au chat

    RépondreSupprimer
  2. il est effectivement imbécile d'implanter la nouvelle MJC dans un endroit où la circulation est difficile aux horaires scolaires et le parking impossible pratiquement tout le temps.

    RépondreSupprimer
  3. Le Vésinet est naturellement une ville centralisée. Elle a été conçue comme ça.
    Il est donc naturel qu'une activité qui s'adresse à tous comme la MJC soit au centre de la commune.
    Que l'on prévoit des activités éclatées, optionnelles, aux quatre coins du territoire communal (gymnases scolaires; salles de réunion de quartier; locaux associatifs) est une autre histoire.
    La MJC sur la Place du Marché, c'était parfait.
    Alors ...

    RépondreSupprimer
  4. Certains voient dans le PLU l'occasion de réviser toute l'organisation de la "bande administrative et scolaire qui s'étend de la maternelle jusqu'aux confins du groupe Pallu.
    Raser les vieux bâtiments "historiques", reconstruire sur R+2 ou R+3 avec la densité maximum, combler les "vides" dans l'espace occupé par le collège et le groupe scolaire (très mal conçus, beaucoup trop hétéroclites et dispersés), voilà qui en fait rêver plus d'un.
    On pense même à supprimer des bouts de rue inutiles!
    Vigilance, vigilance...

    RépondreSupprimer
  5. Non, la concentration outrancière n'est pas souhaitable : la bibliothèque re localisée dans le Wood Cottage, la MJC sur les terrains de l'hôpital, le futur conservatoire au dessus du gymnase Matalou : pourquoi pas !

    RépondreSupprimer
  6. A l'échelle d'une commune comme le Vésinet, que signifie concentration?
    Les distances restent toujours réduites.
    Il vaut mieux privilègier les avantages d'un site (Calme, possibilité de parking, espace approprié, coût réduit etc...) que vouloir soit-disant concentrer pour faciliter l'accès.
    Par contre "décentraliser" signifie développer des moyens d'accès sécurisé et si possible écologiques pour préserver le site.
    Imaginez la rue H.Dunant, si on y trouve à terme: La MJC, L'école Pallu, le Collège, le gymnase, le conservatoire...ça fait pas un peu beaucoup???

    RépondreSupprimer
  7. Discussions intéressantes !

    A Croissy Mr Davin a su créer les conditions d'un large débat dans la population lorsqu'il s'est agi de rénover l'espace Chanorier.

    Il y eut une large concertation, des discussions ouvertes et finalement un large consensus pour y redéployer une école de musique, une bibliothèque, un musée....des salles d'accueil pour les associations

    cela lui a pris 17 mois

    le maire de Croissy est un homme intelligent...

    RépondreSupprimer
  8. @ anonyme de 13h46
    Je crois qu'à la fin de votre message, vous avez oublié: "lui".
    Mais ceci dit, ce n'est même pas de l'intelligence que l'on demande, juste du bon sens et une certaine ouverture d'esprit.
    (Remarque, finalement, c'est peut-être ça l'intelligence...)

    RépondreSupprimer
  9. La place du marché est réservée à l'implantation du projet sur lequel planchent associations et personnes qualifiées, c'est du moins ce que j'ai cru entendre de la bouche du magistrat premier.
    Compte tenu de la destruction du projet initial, Jeunesse et Culture sont a priori insolubles dans l'environnement du lieu...
    Donc, faut trouver autre chose...

    RépondreSupprimer
  10. j'ai rendu ma copie à frère Robert qui m'a tressé une couronne de lauriers.

    Jamais plus brillant rapport ne me fut remis a-t-il proféré du haut de ses 3 pieds, mais vois tu Jacques il est dommage que tu ne te sois concentré que sur les activités sportives.

    Nos amis aux déambulatoires de l'AAPM risquent de ne pas apprécier

    "allez dégage" finit-il par lâcher, "tu m'as fait perdre mon temps et je n'ai rien à offrir à la meute des mécontents".

    sic transit gloria, et j'ai été déchargé de toutes responsabilités.

    RépondreSupprimer
  11. Les vrais Vésigondins appellent le centre ville "le village".
    Cette expression traduit depuis des années une réalité dont il est indispensable de prendre en compte.
    Les hameaux sont ceux des Charmettes, des Merlettes, etc...
    Il y a derrière la Mairie un ilot constitué de deux terrains sur lesquels figurent deux maisons, à droite un jardin municipal plus ou moins inutile sur lequel aussi il serait peut être interessant de jeter un oeil. Aussi, il faudra bien qu'un jour les possibilités de construction sur ou sous la place du marché soient envisagées.
    Autant d'emplacements sur lesquels il serait peut être possible de construire intelligement.

    RépondreSupprimer
  12. @ Anonyme de 14:50

    "La place du marché est réservée à l'implantation du projet sur lequel planchent associations et personnes qualifiées..."
    Quelles associations ? Quelles personnes qualifiées ? Des noms !!

    RépondreSupprimer
  13. Si on veut remonter aux calendes, le "Village" c'était le Vésinet. L'équipe de foot du Village, c'était l'équipe du Vésinet.
    L'appellation "village" telle que vous la mentionnez est déjà une évolution. Elle ne traduit pas la volonté des fondateurs qui voyaient dans le "centre ville" quelque chose de beaucoup plus dense que ce qui s'est fait, faute de planification et faute de moyens.
    Peut-être pas un mal au fond.
    Il faudra bien densifier le centre si on ne veut pas grignoter encore sur le Parc.
    Ou alors, il faut fermement refuser la politique que l'Etat cherche à imposer partout et défendre l'idée que 17000 habitants, ça suffit.

    RépondreSupprimer
  14. Oui, je suis d'accord. Varèse ...ça suffit!

    RépondreSupprimer
  15. Qu'est-ce que Varèse vient faire dans les choix d'implantation des équipements publics, qui n'est qu'un point de détail? Ca c'est le rôle du DGS. Varèse lui s'occupe des relations de la Ville avec le Cosmos. Faut pas tout mélanger!

    RépondreSupprimer
  16. @ Anonyme 14:50
    Demandez au magistrat premier, Il sait, Lui, moi,non !

    RépondreSupprimer