5 février 2010

RER connaît pas !


L’exaspération monte chez les vésigondins abonnés à la ligne A. Les cheveux gris évoquent avec nostalgie le temps où le passage du train permettait de caler son oignon. C’était bien avant que la longue grève de décembre ne désorganise durablement le service.

Peu nous chaut d’imputer aux roulants, à leurs syndicats ou à la direction de la RATP l’incapacité de restaurer un minimum de fiabilité dans le service. Peu importe aux victimes excédés qui, d
e l'État, de la région ou du département est responsable de cette galère. Cette artère en déshérence est indispensable au désenclavement de la Boucle et au bien vivre de ses habitants : un objectif clé, semble-t-il, pour des hommes politiques responsables.

Retour sur une élection : alors que la situation ne cessait de se dégrader – surcharge des trains, augmentation des incidents, recours de plus en fréquents
des agents de conduite à la grève, aucun candidat ne s’est aventuré à faire de l’amélioration du service du RER un cheval de bataille électorale.

Le p’tit Robert auquel est échu accidentellement le titre de 1 er vice président de la CCBS s’est illustré le 5 février 2009. Alors que Mr Joly (Houilles) et Fond (Sartrouville) alertaient leur président en écho aux propos alarmistes d’André Michel sur l’inacceptable dégradation de la desserte de leurs communes par le RER, le maire du Vésinet est resté coi. Varèse : le RER connaît pas !

Reconnaissons lui un mérite : il n’aura pas fait avec le RER de promesses inconsidérées. Il n’en a strictement rien à cirer des préoccupations quotidiennes de milliers de vésigondins bloqués des quart d’heure durant sur un quai glacé quand ce n’est pas à l’intérieur d’une rame immobilisée à quelques centaines de mètres de leurs gares. Là où de nombreux maires ceints de leur écharpes se seraient mêlés à la foule des "commuteurs" exaspérés, le ptit Robert reste claquemuré dans son bunker.

Le maire aurait-il d’autres préoccupations ? S’intéresserait-il aux nids de poules qui font de la traversée du Vésinet une étape éligible au prochain Paris Dakar ? Non le maire ne supporte pas les rustines. La voirie dans un état lamentable continuera à se dégrader. Pense-t-il à travailler à l’obtention d’un nouveau pont routier comme l’évolution démographique - 16.920 habitants en augmentation de 702 depuis son arrivée - le commanderait ?

Non rien de tout cela n’intéresse le maire, son dada en matière de transport : c’est l’hélicoptère ! Quand l'incompétence se marie à l'indifférence : vous êtes en Varésie.



14 commentaires:

  1. Toyota rappelle ses véhicules. P'têt ben que Roro va être obligé de prendre le RER !

    RépondreSupprimer
  2. Attention P'tit Robert, déjà que tu perds régulièrement les pédales, comment vas-tu faire avec ta Prius, accélérateur bloqué et sans freins ?
    Cela ne fera que des dérapages supplémentaires pour un édile qui pourtant a marché et sur la glace et sur la lune!

    RépondreSupprimer
  3. c'est clair que les problèmes sur la lige A c'est tous les jours.

    maintenant, tous les soirs, il y a la petite bande jaune annonciatrice de retard.

    varèse devrait faire comme le maire de saint germain, qui s'est officiellement plaint à la RATP.

    mais je crois qu'il s'en fout....

    RépondreSupprimer
  4. Les maires du Vésinet n'ont jamais été de gros consommateurs de RER. Leurs proches relations non plus. Ceci explique cela.
    La dégradation a commencé lorsque la gauche a conquis la Région et a "redéployé" les efforts vers les lignes plus populaires (populeuses) que la ligne A vers St-Germain. Ce n'était peut-être que justice.
    Mais comme les réductions d'effectifs s'ajoutant à la vétusté du matériel (politique Sarkosienne autant que Huchonnienne) font s'aggraver les choses, ça devient vraiment "galère".
    Et dire qu'une des raisons de construire de logements sociaux sur les terrains de l'Hopital c'est la proximité de la ligne A!

    On peut se douter qu'il n'y a pas grand chose à attendre de Varese dans ce domaine (aussi). Mais au moins, qu'il fasse comme ses prédécesseurs, qu'il écrive et marque sa "solidarité".
    Oui mais justement, il veut se démarquer de ses prédécesseurs!
    Alors, pour avoir moins froid à attendre sur le quai, la solution, c'est de compter sur le retour des beaux jours.

    RépondreSupprimer
  5. @ anonyme de 12:01

    Ce sera forcément la faute de l'équipe précédente !

    RépondreSupprimer
  6. Le RER n'intéresse pas Varèse. Les retraités qui sont ses seuls suppots ne prennent plus le métro.

    Ils n'ont pas non plus d'auto puisqu'ils sont passés au stade du déambulatoire. ou de la petite chaise roulante.

    Il n'a aucune raison de s'intéresser aux nids de poule mais s'intéresse à l'état des trottoirs avec l'efficacité qu'il a en toute chose : c'est çà dire en blâmant son prédécesseur, en constituant un comité, en convoquant un bureau d'études spécialisé, en choisissant finalement la solution qui goudronne le mieux le Vésinet.

    RépondreSupprimer
  7. RER ou metro, quelle que soit la ligne et quelle que soit l'heure, le service RATP est calamiteux.
    Sauf erreur, il me semblait que notre maire s’était manifesté sur le sujet ?
    En tout état de cause, sa voix sera inaudible dans un débat qui le dépasse totalement,
    et puis...reconnaissons qu’il a des préoccupations autrement importantes avec son zoo : Phénix à fouetter, pigeons à plumer, et nids de poules à combler, n'est-il pas ?

    RépondreSupprimer
  8. La RATP est une vraie calamité, c'est l'exemple même du soit disant service public "àlafwançaise" tellement prôné par certains dans ce pays moribond.

    RépondreSupprimer
  9. Il faut démissionner Varèse.

    RépondreSupprimer
  10. L'économiste libéral, capitaliste,...qui prend le RER A5 février 2010 à 21:51

    Si le président de la RATP n'était pas le copain du ....(cherchez) il y a longtemps qu'il aurait été viré .Maintenant les dirigeants en France sont bien payès sans risques! Ce n'est plus la logique entrepreneuriale .C'est la logique du copinage. Et le RER, ils s'en tapent quand le bulletin de paie arrive;ET si la paie du président de la RATP était indxée sur la régularité comme pour les conducteurs?Je parie que cela changerait.

    RépondreSupprimer
  11. Au moins pendant la grève de décembre on savait à quelle heure on allait arriver au bureau (ou à l'école, ou à la maison...)

    Depuis janvier, pas un jour sans retard sur la ligne ! Au moins dans les wagons à bestiaux il y a de l'eau et de la paille...

    RépondreSupprimer
  12. Il faut démissionner Myard qui a soutenu Varèse.

    RépondreSupprimer
  13. Tant que la RATP a fonctionné selon les principes du Service public, les trains arrivaient à l'heure et on savait où allaient nos impôts.
    Depuis que l'économie "libérale" veut s'en mêler, plus rien ne fonctionne (comme la poste ou France-télécom). Et pourtant on paye toujours autant d'impôts (enfin moi!).
    Alors, il serait temps pour certains vésigondins de réaliser que le libéralisme, c'est pas la panacée!

    RépondreSupprimer
  14. @ O. A.
    Je vous remercie de m'informer que la RATP n'est plus un service public ! Je m'en doutais, mais le lire sur le Blog de Phénix, c'est un peu comme le lire dans le Monde quand on est au Vésinet. Vous me confirmez que les privilégiés de la RATP n'ont aucun respect pour ceux qu'ils transbahuttent et qu'ils méprisent tout au long de l'année. A ma connaissance ils sont bien payés, chauffés, éclairés, retraités, cajolées, au rythme de 2 h de conduite par jour ( attention aux grèves à venir, car 2010 est une année bisextile).
    Le maire du vésinet n'est en rien responsable de cette situation , de toute façon le maire du vésinet n'est responsable de rien.

    RépondreSupprimer