25 février 2010

Une initiative ?

Tiendra, tiendra pas ? s’interrogeait le Parisien d'hier. Coulera, coulera pas ? aurait-il du se demander après la plongée du p‘tit Robert dans la piscine de Houilles…le maire voulait-il offrir une nouvelle métaphore drolatique à ses détracteurs, après son envolée cosmique ?

Il est au bord du gouffre et son plaidoyer laborieux dans le Courrier prouve qu’il n’a pas mesuré l’étendue des dégâts. Affirmer contre toute évidence qu’il a informé les élus de l’opposition du choix d’un terrain pour la MJC c’est s’enferrer dans le mensonge dont on sait qu’il est consubstantiel au discours de Varèse.

Dire que les élus sont respectés parce qu’ils sont payés : c’est insulter leur probité. On sait que pour Varèse tout s’achète, tout se monnaye, mais oser traiter les conseillers d’opposition comme de vils intérimaires qu’on se paie pour pouvoir s’en vanter : c’est misérable. C’est le niveau 0 de l’éthique politicienne. Personne nulle part n’avait jamais osé. Varèse lui l’a fait avec le fric qu’il a racketté aux vésigondins. Il n'a pas même mesuré le coté infamant de l'argument.

Pas un signe d’ouverture, pas un signal d’apaisement, c’est une interview de psycho rigide qui n’a toujours pas compris qu’il était dans l’erreur. Les contre vérités sont chez les opposants et lui est dans le vrai !

Une initiative aurait montré qu’il avait l’intelligence de la situation. Une main tendue une fois reconnue des erreurs de communication aurait permis le retour d’un fonctionnement démocratique de la municipalité. Rien de tout cela dans les mots qu’il livre au journaliste : des imprécations, des vexations, des agressions contre les minoritaires.

Il a plongé dans la piscine, et il est loin d’en avoir atteint le fond.


17 commentaires:

  1. Il n'est pas près d'atteindre le fond puisqu'il plonge "sur" la piscine. Pôvres de nous !

    RépondreSupprimer
  2. Payer = respecter ?
    Je crois qu'il existe des "dames" qu'on paye sans les respecter.

    RépondreSupprimer
  3. En core une fois, c'est pas moi c'est l'autre : voilà maintenant que le personnel élabore l'organigramme; Et il voudrait qu'on le croie ?

    RépondreSupprimer
  4. J'ai le respect de l'opposition, je la paye. CQFD

    RépondreSupprimer
  5. Pov'tipère, tout le monde lui en veut, on le comprend pas ! Faut dire que notre indignation est proportionnelle à la hausse de nos revenus !
    Et c'est pas fini

    RépondreSupprimer
  6. Un peu maso, le personnel.Il élabore l'organigramme et place W.. au sommet de la pyramide ? Vous y croyez ?

    RépondreSupprimer
  7. 10:18 Oups !

    Notre indignation est proportionnelle à la hausse de nos impôts, pour les revenus c'est une autre histoire...

    RépondreSupprimer
  8. Il est stupéfait de voir l'opposition énoncer des "contrevérités" ?!
    C'est l'hôpital qui se fout de la charité, là. Il veut qu'on transmette son CV caviardé ) la presse ? Il peut les produire, les diplômes dont il se prétend titulaire ? Et les justificatifs de ses postes passés ?
    Alors il ferait mieux de démissionner et de se faire oublier, le p'tit Robert. Parce qu'en France ou aux Etats-Unis, se prévaloir de titres qu'on ne possède pas, publiquement, qui plus est, c'est fortement puni par la loi. Je me demande même si, dans le cas de Roro, il n'y aurait pas des circonstances aggravantes.

    Il aurait intérêt à dégager avant que d'autres instances se penchent sur son cas, celui-là...

    RépondreSupprimer
  9. Il ose tout, c'est à ça qu'on le reconnaît !

    RépondreSupprimer
  10. Dommage que Marcel Gotlib soit désormais plus discret. Il aurait pu croquer une bande dessinée du meilleur goût, avec, grâce à Phénix, une alimentation fournie en scénarii rigolos.

    Allo Marcel, si vous avez encore un peu de courage, faites nous rire avec le P'tit Robert.

    RépondreSupprimer
  11. Bon, tout ça c'est bien gentil, mais quand est-ce qu'ils dégagent ?

    RépondreSupprimer
  12. Il paie les conseillers d'opposition, alors ils devraient fermer leur gueule. C'est donc ça il le reconnait : Il les paie pour qu'ils s'écrasent, pour qu'ils rampent en disant bien monsieur varèsèe, merci mr varèse, c'est gentil mr varèse de nous payer avec l'argent du contribuable.
    C'est pire qu'insultant, c'est plus que méprisant, c'est outrageant et ça exige une réparation publique, comme les filles du même nom qui ne toléreraient pas d'être traitées comme ça.
    le pire dans tout ça c'est qu'il ne s'en rend pas même compte. Ce type est IRRÉCUPÉRABLE !

    RépondreSupprimer
  13. Rien que des ingrats et des mal élevés, ces opposants !
    Même pas la reconnaissance du portefeuille !
    En plus, ils ont le toupet de s'opposer...
    Ne seraient-ils pas allés jusqu'à prendre des libertés avec les lois en vigueur, rédiger des délibérations aux libellés bizarres, mijoter des petits trucs dans les coins, etc. etc. ?
    C'est la faute aux opposants, CQFD !
    Gloire et louange à Herr PV, qui nous défend contre tous ces vilains !

    RépondreSupprimer
  14. "Dire que les élus sont respectés parce qu’ils sont payés : c’est insulter leur probité."
    Je voudrais bien connaître ceux des opposants qui ont retourné le chèque en y joignant une note manifestant leur idignation ! Des noms, des noms !!!

    RépondreSupprimer
  15. Je paye, donc je suis....

    RépondreSupprimer
  16. Le "je les paye , qu'est ce qu'ils veulent de plus" c'est le fond de Varèse, pour qui rien ne compte que le fric. Surtout quand c'est pas le sien.
    Qu'est ce qu'ils attendent les opposants pour lui rendre solennellement SES 58 € mensuel ?

    RépondreSupprimer
  17. Si les opposants rendaient leur indemnité,leurs prises de position gagneraient en crédibilité. Aucun d'entre eux n'a réellement besoin de cette aumône. Ils ne se sont d'ailleurs sûrement pas fait élir dans ce but, puisque auparavant seuls les maires adjoints touchaient une indemnité.

    RépondreSupprimer