26 février 2010

V comme vert maire…

... ou V. comme faussaire ?

La question est légitime à la lecture du compte rendu (CR) du dernier conseil municipal signé Varèse et affiché à la mairie quand on a lu le verbatim des explications précédant le vote de la délibération n° 9 relative à la non reconnaissance du caractère communautaire du projet de piscine à Houilles. L’épisode du vote soulève la question : est on en présence d’une opération de faussaire ?


A l’issue des explications le maire à 4 reprises va interroger : « qui est contre » et décompter selon le CR 14 voix, puis noter 4 absentions, et terminer par ce questionnement :

"Qui est pour ? merci, personne ! la délibération est adoptée …(bafouillis rendu inaudible à la position 80.09 de la bande son)… et 4 abstentions !
Bien merci…."

Première question : comment le CR peut-il mentionner 14 voix contre puisque 18 personnes représentant 25 conseillers comme l’extrait des procurations l’indique (ci contre) , ont participé au vote. Tous les conseillers présents ayant voté le décompte ne peut être celui donné par le maire. Selon les témoins, qui notèrent le vert maire à l’énoncé du décompte, il y a bien eu 21 contre et 4 abstentions.


Deuxième question : comment 14 votes contre si tant est que le décompte du maire soit valide peuvent entrainer l’adoption de la délibération alors qu’aucune voix ne s’est manifestée pour ?

De deux choses l’une : ou bien le maire a signé ( cf ci dessous) ce compte rendu sans le lire ou bien le maire tente de faire passer pour adoptée une délibération qui a été rejetée. Bizarrement la bande est inaudible au point 80.09. lecture du décompte des "contre"



Mr Varèse en homme soucieux de la légalité ne s’offusquera pas que l’on demande à monsieur le préfet de surseoir à l’enregistrement de cette délibération pour le moins contestable.

Alors V comme faussaire ?



10 commentaires:

  1. Indépendemment des décomptes de voix, des bafouillis et borborygmes divers comment peut-on dire et écrire : "personne n'est pour, donc délibération adoptée". C'est du n'importe quoi ou alors nous sommes maintenant en république bananière.

    RépondreSupprimer
  2. Je sens tout de même dans tout ça une pointe d'acharnement (thérapeutique ?) car tout de même, certes ils font les choses n'importe comment (merci Monsieur le DGS), ils ne lisent pas le papier qu'ils ont devant le nez, ils bafouillent (du moins ceux qui parlent) ...
    Mais il voulait le refuser cet "intérêt communautaire", un nombre suffisant de godillots a suivi (sans trop comprendre mais a suivi).
    Alors, vu que l'opposition s'en bat ... on va pas y passer la semaine! corne de bouc!
    Et en plus, la CCBS a déjà voté!
    Non, vraiment Phenix, tu en fais trop.
    On va finir par penser que tu en fais une affaire personnelle.
    Pour eux, c'est que du bizness

    RépondreSupprimer
  3. Anecdotique l'affaire mérite d'être stigmatisée parce qu'elle éclaire le double langage de Varèse.
    "je suis pour la légalité mais je magouille les PV des conseils municipaux puisque les opposants étaient partis. "
    "Le gaspillage n'est pas dans notre axe de gestion, mais je fais changer TROIS fois la moquette de mon bureau aux frais des vésigondins." Cela aussi c'est anecdotique et symbolique de l'état de perversion morale qui règne boulevard Carnot.
    Continue Phénix : mais attention que le Corleone ne mette pas un contrat sur ta tête.

    RépondreSupprimer
  4. Le point soulevé ici est que Varèse ne sait ni écrire ni parler français correctement.
    Il suffit d'écouter ce qu'il raconte en conseil municipal. Il part dans des tournures bien trop complexes pour son cortex et se vautre immanquablement de façon lamentable.
    On a tous en mémoire le "Je vais vous faire une proposition que je vous demande d'accepter", claironné sans se rendre compte de l'énormité de la phrase. Maintenant, il dit qu'il "replonge, sans mauvais jeu de mots, sur la piscine de Houilles".
    Ce genre d'erreurs peut avoir deux causes : soit un "handicap" linguistique, comme le bégaiement ou la dyslexie, soit la bêtise de parler pour faire du bruit avec sa bouche, d'aligner les sons et les expressions toutes faites dans l'espoir que chacun y comprendra ce qu'il veut y comprendre.
    Pour paraphraser un célèbre physicien, en ce qui concerne Robert Varèse, pour le handicap, je n'ai pas encore acquis de certitude absolue.

    RépondreSupprimer
  5. Qu'importe 14, 18, 25, IL s'en fiche comme de l'an 40, vu, rappelons-le,
    qu'il est élu,
    qu'il dispose d'une majorité aux ordres,
    que l'administration se contrefiche de cette tribu-de-vésigondin(gue)s-friqués-qui-n'avaient-qu'à-y-regarder-de-plus-près.
    Il reste donc 4 ans à subir ce total n'importe-quoi, en ne manquant pas de
    - relever dans l'intervalle tout manquement -même secondaire, car souvent très révélateur.
    - rappeler que toute liste abritant l'un quelconque des actuels majoritaires se disqualifie pour le scrutin de mars 2014.

    Qui habet aures etc.

    RépondreSupprimer
  6. Qui habet aures audiendi, audiat, Nunc est bibendum

    ou pour les illettrés

    "L'avantage d'être intelligent c'est qu'on peut faire le con , l'inverse est impossible......."

    Phénix

    RépondreSupprimer
  7. La compréhension de la vie municipale vésigondine (et par extension celle de ce blog) est réservée aux téléspectateurs
    accros aux séries télé et pas dérangés par la pratique routinière sur TF1 qui consiste à diffuser mélangés les épisodes de la série 5, puis 2 puis 3 etc.
    On laisse passer un épisode ou deux et la gymnastique intellectuelle qu'il faut faire pour comprendre que tel personnage qu'on croyait indispensable a subitement disparu ... mais pas tout à fait, que untel qu'on croyait gentil est peut-être un traitre qui attend son heure, que tel autre méchant peut parfois être gentil (mais qu'est-ce que ça cache?).
    Bref, je voulais reprendre l'histoire (LOST) là où je l'avais laissée il y a un an ... et puis, en y réfléchissant je me suis dit que la réalité dépasse la fiction, qu'un scénariste qui nous pondrait des scènes comme le dernier conseil municipal, la CCBS etc... se ferait virer pour "incrédibilité". ce n'est plus LOST, c'est "Mon curé chez les nuls" (remplacez par le pire film que vous ayez pu voir) et je renonce à la transcription.

    RépondreSupprimer
  8. Vert maire et son atelier,
    à Delft !

    RépondreSupprimer
  9. Caton l'Ancien1 mars 2010 à 16:21

    Il faut démissionner Varèse.

    RépondreSupprimer