1 mars 2010

Un pas en avant !


« La démocratie …exige le respect des électeurs. » extrait de la Pravda de ce mois.

Qui signe ce rappel des grands principes ? Les suppôts anonymes* de Varèse au nom du RPV, dans la page réservée aux listes de l’opposition. Très inspirés ils dénoncent les opposants dont le départ lors du conseil a rendu haineux le p’tit Robert et fait se marrer tous ses copains.


Qui bafoue depuis deux ans les électeurs au Vésinet ? Les opposants ou Robert Varèse. Qui a pris le contre pied de tous les engagements de sa campagne électorale ?

Suppression des subventions aux associations : il avait promis de les développer, sous réserve de donnant donnant.
Hausse faramineuse des impôts : il avait indiqué qu’il ne toucherait pas à la fiscalité.
Dette abyssale : il s’était engagé à la réduire.
Gabegie insensée : le maire a fait changer 3 fois la moquette de son bureau en 20 mois.

Les élus tenus en dehors de la décision de relocaliser la MJC : c'est une réalité que les cris d’orfraie d’un édile aux abois ne sauraient masquer. Claude Chatard, qui s’y connaît, fustige sur la même page du magazine cette décision prise en catimini sans études ni concertation.

La chronique du RPV ferait-elle doublon avec les minutes de l’improvisation du maire – reprises ici in extenso et sans aucune modification - dans l’instant qui suit le départ de tous les opposants. La similitude est surprenante. Au RPV il s’est même trouvé un godillot pour recopier au mot à mot l’improvisation du patron, même si l’agressivité de ses propos est proprement affligeante.

Il est au bord du gouffre
,
titrait le Parisien, Alors continuer à agresser l’opposition, c’est faire un pas en avant !


* Ils n'osent pas signer leur texte.



14 commentaires:

  1. "...chacun sait en son âme et conscience...". Bizarre cette affirmation, v'là maintenant qu'il lit au fond de notre âme !

    RépondreSupprimer
  2. L'imagination au pouvoir2 mars 2010 à 09:07

    Entendu ce matin sur une radio périphérique :

    La ville de V...(*) va réclamer à l'Etat le remboursement des frais engagés dans le cadre des opérations de vaccination contre la grippe A H1 N1...

    (*) Villeurbane...Qu'est-ce-que vous alliez imaginer ?

    RépondreSupprimer
  3. Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent...

    RépondreSupprimer
  4. Pour le Vésinet, ces frais devraient être partagés par toutes les communes dont le centre de vaccination était le Vésinet.

    RépondreSupprimer
  5. Quelques explications de texte:
    "la notion de gaspillage ce n’est pas du tout l’axe de notre gestion, vous le savez bien".
    Question: Parle-t-on du gaspillage qui n'est pas "notre façon de gérer" ou la "notion de gaspillage" qui n'est pas une préocupation ou qui est différente (la notion) de celle que d'autres peuvent avoir ?

    "je rappelle que depuis 2005 il y a de l’amiante dans ces bureaux"
    Comprendre "depuis 2005 on sait qu'il y a de l'amiante". L'amiante n'est pas arrivée en 2005!

    "nous avions interdiction de toucher quoi que ce soit, par conséquent nous avons été bien obligé(s) de modifier les cloisons". Bel exemple de logique Varesienne!

    "dans le spectre de nos possibilités".
    Explication délicate: le spectre, ici c'est quoi ? Spectre infra-rouge, antibiotique, possibilités fantômes ? James Bond, au secours!

    "Je dis que parfois un syndicat ça peut être aussi une excellente chose". Voilà une affirmation qui va réjouir M. Michel, mais aussi tous les citoyens qui sont respectueux des lois de la République. Encore une porte ouverte qui n'est plus à enfoncer.
    Etc.

    Décidément, ces lectures sont édifiantes. Merci Phenix.

    RépondreSupprimer
  6. @ Anonyme 09:15

    Les membres de la CCBS seront " fair play ", bien sûr !

    RépondreSupprimer
  7. l'improvisation est un art, que notre maire ne semble pas posséder. La lecture des propos qu'il tient est doublement intéressant.

    Premièrement l'expression est filandreuse, tortueuse ; le maire ne sait pas s'exprimer simplement, clairement, il se cache derrière des expressions toutes faites souvent vides de sens.
    Deuxièmement puisque le maire ne maîtrise pas l'art de l'improvisation il devrait préparer ses interventions. Or le maire ne prépare rien, ne travaille pas ses dossiers et arrive sans aucune préparation au conseil, d'où la débacle quand on écoute le mot à mot de ses interventions

    Il ne maitrise par l'art oratoire, il ne maitrise pas ses dossiers et il ne travaille pas pour compenser par la transpiration l'inspiration qui lui fait cruellement défaut.
    C'est bien triste mais c'est ce que démontrent les minutes des interventions de mr le maire lors des conseils.

    RépondreSupprimer
  8. Vu sur le site de la Mairie, planning du Conseil Municipal Junior :

    "Nous vous rappelons qu'en tant qu'élu, vous avez pris l'engagement d'assister aux réunions du CMJ et aux différentes manifestations"

    Dernier Conseil Municipal Senior : 19 présents et 7 absents (soit 35 % de la liste RPV). Faîtes ce que je dis, ne faîtes pas ce que je fais.

    Expérimentés, compétents, MOTIVES ?

    RépondreSupprimer
  9. Il s'est piégé lui-même, les comptes rendus "audio" des conseils sur le site municipal sont sens pitié: non seulement le texte est creux, filandreux voire incompréhensible mais en plus l'élocution est abominable. La Sécu rembourse-t-elle les séances d'orthophonie passé cet âge ?
    Sûrement pas, la Castafiore a donc du boulot en prespective.

    RépondreSupprimer
  10. Maintenant, on sait pourquoi le p'tit Roro a préféré éviter les transcriptions des conseils municipaux et les remplacer par des comptes-rendus : c'est pour ne pas étaler aux yeux de tous sa profonde nullité sur le fond et sur la forme.
    Ce type est un mauvais, soutenu par des mauvais avec de mauvaises idées et un mauvais bilan.

    Toute liste accueillant l'un de ces guignols aux prochaines élections municipales se passera de mon intérêt et de ma voix.

    RépondreSupprimer
  11. @ Anonyme de 10 h 52

    Je partage votre point de vue.

    l'opération compte rendu des séances du conseil municipal tourne au triple fiasco.
    1) Varèse a détruit quelque chose qui fonctionnait à la satisfaction générale depuis des lustres : le compte rendu intégral ré écrit pour éviter les euh et les bafouillis inévitables.., sauf quand on connait ses dossiers.

    2) Il s'est pris les pieds dans le tapis et a du s'excuser auprès du SOUS PRÉFET dans une lettre que Phénix s'est procuré à la MAIRIE, merci à notre sous marin !

    3) Le plus grave : le public à travers la publication du verbatim des conseils prend connaissance de son incapacité à s'exprimer, de ses carences sur tous les dossiers.

    exemples : la justification financière de la piscine de Houilles comme le verbiage stupide sur l'amiante dans les couloirs de la mairie ( la liste est sans fin)

    Conclusion : Il se croyait malin, rusé et son DGS une fois encore a fait montre de toute sa compétence !

    Comme quoi tout s'achète fors l'intelligence.

    Phénix

    RépondreSupprimer
  12. Le problème de l'amiante, c'est probablement -encore une fois- une contre-vérité.

    Dans beaucoup de bâtiments publics on a retrouvé de l'amiante dans les colles des dalles plastiques des sols,dans le coeur des cloisons etc.. sans qu'ily ait de danger pour ceux qui travaillent dans ces locaux. C'est ce qui s'est passé au Collège du Cèdre il y a quelques années.

    Ce n'est pas l'amiante dans ces cas-là qui oblige à faire des travaux mais quand on fait des travaux il faut prendre des précautions (sas de désamiantage par exemple)pour que les ouvriers ne soient pas en contact avec des poussières d'amiante.

    En résumé, il n'y avait sans doute pas à la Mairie d'amiante qui nécessite des travaux mais à partir du moment où on faisait des travaux il fallait désamianter.

    Croyez-vous que less personnels de mairie aurait accepté de travailler dans des locaux dangereux pour leur santé ?

    Encore une fois, c'est un tour de passe-passe de Roro pour justifier des dépenses injustifiables.

    RépondreSupprimer
  13. Caton l'Ancien2 mars 2010 à 14:51

    Il faut démissionner Varèse.

    RépondreSupprimer
  14. Extrait du Code des Collectivités Territoriales:

    II.-La communauté de communes doit par ailleurs exercer dans les mêmes conditions des compétences relevant d'au moins un des six groupes suivants :

    1° Protection et mise en valeur de l'environnement, le cas échéant dans le cadre de schémas départementaux et soutien aux actions de maîtrise de la demande d'énergie ;

    2° Politique du logement et du cadre de vie ;

    3° Création, aménagement et entretien de la voirie ;

    4° Construction, entretien et fonctionnement d'équipements culturels et sportifs et d'équipements de l'enseignement préélémentaire et élémentaire ;

    5° Action sociale d'intérêt communautaire ;

    6° Tout ou partie de l'assainissement.

    Lorsque la communauté de communes exerce la compétence action sociale d'intérêt communautaire, elle peut en confier la responsabilité pour tout ou partie à un centre intercommunal d'action sociale constitué dans les conditions fixées à l'article L. 123-5 du code de l'action sociale et des familles ;

    III.-La définition des compétences transférées au sein de chacun des groupes est fixée par la majorité qualifiée requise pour la création de la communauté.

    IV.-L'intérêt communautaire des compétences exercées au sein des groupes mentionnés aux I et II est déterminé à la majorité qualifiée requise pour la création de la communauté de communes.

    On voit donc que la décision de donner un intérêt communautaire à la piscine de Houilles n'avait pas besoin du vote positif des élus vésigondins.
    Alors, à quoi rime cette délibération votée à l'envers.

    Il reste une place à la Clinique des Pages.....

    RépondreSupprimer