16 avril 2010

"Cruelle déception"

Ces mots prennent toutes leur signification quand on découvre qu’ils sortent de la plume des bailleurs de la campagne du RPV, de ceux sans lesquels le p’tit Robert coulerait des jours paisibles allée de la Meute, loin des feux de la rampe.

L’AAPM et le LVP, les deux associations qui ont sorti de l’anonymat un quidam importé des bords de la méditerranée se mordent les doigts d’avoir fait le lit d’un ingrat. Par une singulière coïncidence elles décident au même moment de le faire savoir. Explication, on retrouve des participations croisées chez ces jeunes vésigondins qui pour avoir installé l’imposteur ont eu la naïveté ( à leur age ?) de penser qu’il leur renverrait l’ascenseur.

Mais l’imposteur n’a plus rien à attendre de ces vieillards fringants dont il ignore les suppliques enamourées. Maintenant il cause avec des préfets, des députés, pas avec des sous fifres qui sentent le pâté. Il y a quelque chose d’attristant dans le désenchantement d’honnêtes gens roulés dans la farine par un parvenu. On sombrerait dans la compassion si on occultait qu’ils ont sorti Varèse du néant non pour avoir flairé l’homme de projet, le rassembleur, le pacificateur mais pour ses qualités d’opposant systématique, de revanchard endémique.

Pris à leur propre piège ? L’éradicateur du projet de blockhaus se révèle un pitoyable leader. Tout juste apte à semer la discorde pour éviter d’être destitué. Jamais comptable des erreurs qui s’accumulent, jamais responsable des errements, des flottements, des reniements.


Sur les 4 chantiers ouverts : La MJC, l’aménagement de la place du marché, l’éco quartier et la salle polyvalente les observateurs avisés du LVP et de l’AAPM ont jugé que le maire avait sciemment muselé les instances de consultation, élevé des écrans de fumée pour décider seul dans son bunker.


C’est pile poil ce qui s’écrit sur ce blog depuis deux ans. Cruelle satisfaction !


Ci dessus : Lettre de l'AAPM à ses adhérents


20 commentaires:

  1. Le seul motif de l'action des AAPM c'était l'égoïsme et la peur d'une hypothétique agitation.
    Ils ont eu ce qu'ils pouvaient espérer de mieux.
    Ils n'ont plus rien à attendre que le silence du tombeau qui devrait combler leurs espérances.
    Le maire n'a rien a attendre d'eux. Il est logiquement passé à autre chose.

    RépondreSupprimer
  2. Trop tard, bonnes gens !
    Il fallait le juger avant !
    Grâce à votre entregent,
    Nous l'avons encor pour 4 ans !

    RépondreSupprimer
  3. Moi je pose une question à Phénix :
    pourquoi avec toutes ces problématiques au Vésinet,cette Mairie incompétente,etc....
    Ne pas constituer un groupe d'opposants, une Association, intervenant en Mairie et partout ailleurs,... afin aussi de dénoncer publiquement la gestion catastrophe,etc.... et en vue des prochaines élections Municipale !!Une autre liste, mais avec des personnes disponibles, motivées,etc....
    Merci pour la réponse et suis prêt à aller déposer les statuts à la Préfec....GO !

    RépondreSupprimer
  4. Faudra quand même un jour expliquer à celui qui a écrit le papier de l'AAPM que l'abréviation correcte de "monsieur", c'est M. et pas Mr.
    On passera sur les majuscules à outrance.

    Elles sont belles, les "élites". Même pas foutues d'écrire correctement.

    RépondreSupprimer
  5. @ Anonyme de 12:59

    Il ne faut pas construire quelque chose "contre Varese" sinon, on va se retrouver dans la même situation que la dernière fois.
    On peut dénoncer toutes les mauvaises actions et la gestion calamiteuse que nous connaissons. Très bien.
    Mais le conglomérat des anti-Varèse ne fera pas une "équipe municipale".
    Elle devra avoir de vrais projets, une vraie cohésion, de vraies racines dans la population active et vivante, et si possible une vraie culture vésigondine pour ne pas, comme on le voit en ce moment, agir en dépit du bon sens.

    RépondreSupprimer
  6. @ anonyme de 13 55
    j'ajouterais et jeune et dynamique , à l'ecoute avec un chef charismatique quadragenaire avec un vrai equilibre hommes femmes dans l'equipe.
    Y'a plus qu'a !!!
    personnellement je declare forfait : je suis has been.

    RépondreSupprimer
  7. Place du marché :
    Moins d'un an après la fin des travaux, résultat catastrophique, marches cassées, traces de rouille, de pneus, de gras et structures métalliques d'un autre âge,etc....
    On à l'impression d'avoir une place d'occasion avec des matériaux très bas de gamme; lamentable pour une ville comme Le Vésinet.
    St Germain en Laye par contre réalise des travaux de qualité...!!
    Que sera la place du marché dans 5 ans ???
    Il faudra à nouveau PAYER.
    Scandaleux mais il faut bien payer les radars qui poussent comme des champignons, les locaux de la police municipale, les voitures des flics, les nouveaux parcmètres, etc....
    RAS LE BOL d'être des vaches à lait.
    Où est la joie de vivre du Vésinet ?

    RépondreSupprimer
  8. Si une Société H.L.M. construisait une tour de logements sociaux,sur la Place du Marché, le parking, servant pour les habitants de la tour et la partie réservée à la patinoire d'espace ludique pour les jeunes qui habiteront dans cette tour. C'est d'ailleurs ce qu'avait proposé un Conseiller Municipal de l'équipe d'Alain Jonnemann dans les années 1990
    Anonyme

    RépondreSupprimer
  9. Merci Phénix de publier la lettre de l'AAPM: ils devraient avoir honte.Ils se félicitent de la place du marché avec ses 20 M€ à la clef.Ils ne valent pas mieux que l'équipe qu'ils ont fait élire.Honte sur cette association et ses membres qui ont coulé les finances de la ville, défiguré la place et qui s'en réjouissent. HONTE A EUX.

    RépondreSupprimer
  10. La Place du Marché serait acceptable si elle était correctement entretenue. Je suis d'accord avec Philippe. J'ai écrit au Maire pour lui expliquer que la propreté de la place était un problème que d'autres ont déja résolu ailleurs. Il existe des produits et des machines "miracles" pour ça. Je n'ai pas reçu de réponse. Je suis probablement trop nul pour qu'il daigne me répondre. A ce train là, la place du marché sera totalement à refaire dans cinq ans.Elle ressemblera au tarmack à Roissy.

    RépondreSupprimer
  11. Souvenez vous de la petite tente mise en place pour que les vésigourdins choisissent la couleur du revêtement de sol "Surfatec" si bien "vendu" par le sieur Chatard. Pour sûr, ça devait être du costaud, antidérapant, ne laissant pas la crasse s'accrocher, etc..., etc...
    Sur le projet initial, ce n'était pas ce matériau qui était prévu. Alors une fois de plus, pourquoi avoir choisi autre chose en se croyant capable de remplacer maladroitement les hommes de l'art?

    RépondreSupprimer
  12. MR Henri vous dite acceptable !!!!!!! mais vous plaisanter je pensse pour moi propre ou pas pour 20 ml € C EST UN SCANDAL JAMAIS J AI VU UNE CHOSE PLUS MOCHE C EST LA HONTE DU VESINET

    RépondreSupprimer
  13. Il n'était probablement pas prévu que les camions monteraient les marches de la place du marché ni que les vélos s'en serviraient de vélodrome. Mais il suffit d'entretenir la place pour qu'elle reste propre, au moins.

    RépondreSupprimer
  14. Un passant pas sans souci17 avril 2010 à 13:03

    La "place du Marché" devait être un "monument" avec le centre multiactivités comme pièce maitresse.
    Elle a été traitée comme un monument, avec un matériau au rabais, et une absence de "pièce maitresse" (si on excepte le bocal ascenceur!).

    Du coup, elle devrait être seulement un "espace" où ce qui compte est ce qui se passe dessus. Son matériau devrait se faire oublier.

    Mais non, on ne voit que des escaliers tarabiscotés, des ondulations inexpliquées, des coins qui s'effritent, une couleur claire qui s'impose dans sa médiocrité, qui souligne la saleté.
    Il faut vraiment être un "ami" de la place du marché, pour y voir une quelconque réussite (à un ami, on pardonne tout!)

    RépondreSupprimer
  15. A anonyme de 10:19
    La honte du Vésinet c'était le blockhaus de Jonemann et sa patinoire pourrie et ruineuse qui a éliminé une vraie place de marché dont les vieux vésinetois (pas les vésigrondins actuels) gardent encore la nostalgie.
    Mais Jonemann était sénateur, un individu dont la stature de ministricule raté devait rester gravée localement dans le marbre sous la forme d'un bloc de béton combustible (un comble !)
    La stupidité vorace des politiques français n'a d'égal que leur arrogance. Quand on réfléchit à ce que ça a donné au Vésinet, on se rend compte que le "trou des halles" en est l'expression au niveau Parisen. Une horreur sordide, laide, et malsaine, couronnée par une raffinerie multicolore fruit des élucubration du primaire Pompidou et de sa bonne-femme déjantée !
    Ainsi va ce pays, heureusement, la chute approche !!!

    RépondreSupprimer
  16. @ Réaliste
    votre emportement vous conduit à commettre une légère erreur !
    Le trou des halles n'est pas couronné par une raffinerie mais par un jardin, le centre Pompidou se situe à 500 m à l'est de l'objet de votre ire.

    Même si je vous rejoins sur la laideur de l'ex patinoire, il faut vous souvenir qu'en son temps elle n'avait pas suscité de polémiques.

    D'ailleurs je ne me souviens pas que vous ayez manifesté....

    RépondreSupprimer
  17. @ Réaliste

    Un tissu d'âneries agressives ne suffit pas à faire de votre "réalisme" la réalité.
    Jonemann père n'a jamais été sénateur mais brièvement député. La patinoire a été lancée durant son premier mandat, quinze ans avant qu'il ne se laisse tenter par la Politique.
    La patinoire n'était pas un chef d'oeuvre d'architecture. Je l'ai dénoncé à l'époque, reconnaissant qu'elle s'inscrivait dans l'élan vers les sports de glace de l'époque, et qu'elle était,déjà, un des rares efforts du Vésinet vers sa jeunesse (j'en étais alors!)

    Les "vieux vésinetois" (le terme n'a jamais eu cours) sont gâteux s'ils se souviennent de la place du marché comme vous en parlez.
    C'était un parking défoncé, pierreux, et les bâtiments autour étaient déjà fort laids.
    Le Vésinet doit vivre, donc changer, évoluer (et vous n'en trouverez pas beaucoup qui le connaissent et l'aiment autant que moi).

    RépondreSupprimer
  18. @son Vésinet
    "D'ailleurs je ne me souviens pas que vous ayez manifesté...."
    Et qu'en savez-vous ?
    En tous cas je ne me souviens pas de vous y avoir rencontré non plus !
    Pourtant on a assez manifesté contre lui en ces temps révolus !
    Quand à l'emplacement exact de la raffinerie anglo-pompidolesque, à 500 mètres c'est bien trop près !

    RépondreSupprimer
  19. Ceux qui pensent que la patinoire était "pourrie" sont ceux qui n'y ont jamais mis les pieds, qui n'ont jamais chaussé des patins ou qui n'ont jamais assisté aux matches de hockey etc...

    En gros, ce sont des gens qui critiquent sans savoir.

    C'est pas la patinoire, qui est nocive : c'est la maison de retraite.

    RépondreSupprimer
  20. @Philippe :
    Prendre Saint-Germain-en-Laye comme exemple de réalisation de travaux réussis est ridicule. La réhabilitation de LA CLEF est une catastrophe (toit non étanche, insonorisation désastreuse, électricité défectueuse...). Aujourd'hui, je crains fort qu'un des principaux problèmes est la sélection des architectes capables de réaliser des travaux conformes aux cahiers des charges.

    RépondreSupprimer