27 avril 2010

"Et si on reparlait d’audit ! "

Le budget 2010 - partie dépenses et recettes - a été adopté le 18 décembre 2009 sans que les taux d’imposition soient fixés. Ceux approuvés le 25 mars 2010 ne correspondent pas au pourcentage nécessaire à l’équilibre budgétaire, puisque le maire a été contraint d’annoncer une baisse des taux. Le budget est donc faux !

A cette magouille comptable se surajoute 3 éléments qui vont entraîner irrémédiablement 3 pertes de recettes ou augmentation de charges substantielles non inscrites au budget. Les lecteurs s’en souviennent : 1) le règlement du litige Chaslin, 2) la réversion du passif du compte SIVU patinoire et 3) le déficit abyssal d’exploitation du parking Place du marché ( budgets séparés du budget de la ville).

Le cumul de ces « bad news » affectera le résultat de fonctionnement du budget ville d’un montant compris entre 2 et 3 millions d’€. Aucune recette spectaculaire de niveau équivalent n’est prévisible même si la hausse des tickets de cantine permet d’extorquer 100.000€ (année pleine) aux parents d’élèves : honte à madame de Cupper.

« Et si on reparlai d’audit ! »

L’audit ! Cette idée lumineuse émane d’un opposant lucide et attentif. Pas d’un excité genre Michel ou Jonemann, non elle est formulée par un homme raisonnable et pondéré, inquiet que les finances municipales puissent ne pas être gérées avec toute la rigueur nécessaire. On comprend que ce conseiller ait à cœur d’informer les vésigondins de la vérité des comptes. On comprend qu’il souhaite qu’une entité « neutre » et « indépendante » fasse toute la lumière.

« Ne pas le faire, c’est plus qu’une erreur, une faute » Quel est ce conseiller vertueux qui s’exprimait par écrit le 3 janvier 2002. C’est celui qui a refusé en juin 2008 de réaliser l’audit qu’il avait promis. Il déclarait aux membres éminents du LVP qui le lui réclamait : « un audit ça ne sert à rien »

C’est le maire du Vésinet, Le maître étalon de l’imposture et de l’hypocrisie.



7 commentaires:

  1. Le texte que Phenix exhume pour nous rafraichir la mémoire rend très bien compte d'un des traits de caractère dominants du maire:
    Le soupçon.
    Quoi de plus naturel chez quelqu'un qui ne mérite aucune confiance.
    Maintenant on le sait.

    RépondreSupprimer
  2. Comment Varèse ose-t-il encore paraître ?

    RépondreSupprimer
  3. Un seul homme est capable de reprendre le Vésinet en main, même provisoirement: Alain-Marie Foy. Lors de ses mandats, que l'on soit pour ou contre, la ville fonctionnait bien mieux que maintenant. Aujourd'hui, c'est la débandade et le problème vient du fait de l'incapacité du nouveau Maire à traiter même ses dossiers courants. Ce n'est pas par un manque de travail, mais seulement par un manque de compétence. Le Vésinet ne mérite pas cela. Alain Marie Foy était bien plus à la hauteur et vu la médiocrité des prétendants au affaires et à l'opposition, mieux vaut reprendre quelqu'un qui a fait ses preuves que des destructeurs.
    Ni de droite, ni de gauche, ni de nul part, mais
    simplement pour un Vésinet Village.

    RépondreSupprimer
  4. Arrêtons les dégats!Foy est la cause directe de tout.Qu'il se fasse oublier.C'est le service à rendre au Vésinet.Sinon ressortons aussi Friley.C'est vrai, LANG,DE CUPPER,TRITAN sont déja en place.Qui dit mieux?Berline aussi , les parents seraient contents!!!!!!

    RépondreSupprimer
  5. Mougeon simplex28 avril 2010 à 07:56

    ...Et le contribuable Vésigondin paya, paye, paiera encore !

    RépondreSupprimer
  6. Avant de créer une nouvelle polémique sur le retour éventuel de M. FOY, s'est-on seulement demandé ce qu'il en pense?
    Un peu de poil à gratter, c'est bien, l'autoflagellation, c'est plus discutable.

    Retenons la leçon: FOY,c'était pas si mal. Mais c'est le passé. Au lieu de s'asticoter les uns les autres, réfléchissez (sereinement si vous savez encore le faire) à demain.
    Demain c'est dans quatre ans.

    RépondreSupprimer