29 avril 2010

La fête au p’tit Robert

On pensait en avoir fini avec Matalou, c’était compter sans les loufoqueries varésiennes. Nul n’a oublié les circonstances dans les quelles une blonde a "vendu" au p’tit Robert l’idée géniale de raser le CLAE pour y implanter la MJC version RPV. Cette idée n’était pas même validée que l’ex président Burgan était convoqué devant Mr le maire qui lui dictait son choix. « La nouvelle MJC serait rue Dunant, ou ne serait pas… » On en vint pas aux mains mais la Josette (ci dessous) fit remarquer à Mr le président que le diplomatiquement correct n’était pas sa tasse de thé !

Exit le plan Dunant, même si des études confiées à des cabinets extérieurs ont été lancées et facturées. En Varésie l’argent du contribuable est collecté pour être gaspillé, pour changer 3 fois de moquette en deux ans, standing bling bling oblige.

C’est au dessus de Matalou que la Josette veut implanter la MJC new look ; ne lui demandez pas pourquoi, elle ne sait pas. Détruire le gymnase pour le rehausser c’est l’idée du jour. Les bridgeurs au premier, les sportifs au rez de chaussée, on a évité le pire.

Deux ans de travaux, deux ans sans gymnase : les parents d’élèves de Pallu n’attendaient que ça ! les banderoles sont prêtes, les cars de CRS bookés, ça va encore être la fête au p’tit Robert. Il doit aimer ça.

Les vésigondins de souche, pas les jeunes poussses genre la Josette, se souviennent des invectives que Varèse publiait du temps où monsieur l'Ex envisageait de réimplanter la MJC à l'Espace 55 du boulevard Carnot.

La lecture de ce pamphlet sera une révélation pour ceux qui doutent encore des talents d’imposteur de Robert Varèse, maire du Vésinet, mais pour combien de temps ?

Sous le régime bananier que connaît la ville, les décisions relevant de l'intérêt général sont prises sans concertation, ni consultation. Le pouvoir s'exerce en dehors des structures définies par la loi - commissions, conseils municipaux.


Espace 55 le pamphlet de Robert Varèse


8 commentaires:

  1. Bonne fête mon Robert

    RépondreSupprimer
  2. " Maire du Vésinet, mais pour combien de temps " ?
    Mais, pour encore 4 ans...moins quelques semaines...
    Rappel : au prochain scrutin, pas une voix à toute liste abritant quiconque aura tenu la main à la farce dont nous sommes les dindons !

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! Comme c'était bien la démocratie, la participation, la concertation dans l'opposition !
    Oh ! Comme ils étaient vilains, les autocrates-autistes-médiocres au pouvoir !
    Môssieur Herr PV et autres beaux parleurs de naguère, de qui se moque-t-on ?

    RépondreSupprimer
  4. Pour implanter la MJC, une adresse faisant l'unanimité : 20 allée de la Meute.

    RépondreSupprimer
  5. Il en est de nos jugements comme de nos montres; aucune ne dit comme l'autre, mais chacun se fie à la sienne.
    Alexander Pope

    RépondreSupprimer
  6. MJC : Maison des....Jeunes et de la....Culture, 2 mots totalement oubliés depuis 2 ans

    RépondreSupprimer
  7. Au brésilien le Bororo,
    Au Vésinet le Beau Roro !

    C'est mauvais, je n'en disconviens pas, mais un petit sourire, dans ce monde de je-ne-dirai-pas-quoi,ça ne fait de mal à personne, n'est-il pas ?

    Et allons de ce pas cueillir le blanc muguet !

    RépondreSupprimer
  8. La périphrase " et pour combien de temps " ne peut s'appliquer à "monsieur le maire", puisqu'une ponctuation isole les deux propositions.

    Elle s'applique nécessairement à "ceux qui douteraient encore des talents d'imposteur..."

    la précision est d'importance pour éviter une lecture mal intentionnelle de ce billet.

    RépondreSupprimer