7 mai 2010

Lettre à mr le conseiller LAFFITTE

Cher monsieur,

Pour que nul ne l’ignore vous êtes à Bercy un éminent conseiller des princes qui nous gouvernent et à ce titre très au fait de la situation calamiteuse des finances publiques. Vous m’en faisiez récemment la confidence, et les propos de Mr Fillon appelant au gel des dépenses de fonctionnement prouvent que votre voix est entendue jusqu’au sommet de l’État.

Le Vésinet doit se réjouir que vous soyez aussi conseiller municipal élu sur la liste de Mr le maire. Or, attentif à toutes vos interventions locales j’ai noté que leur fil rouge était la défense du laxisme dans les dépenses municipales et sa contrepartie fiscale. Il a du beaucoup vous en coûter tellement cette politique est contraire aux choix que vous défendez courageusement pour notre pays, car nul n’imagine une once de duplicité.

Embauches inconsidérées, dépenses somptuaires, folies judiciaires, explosion des frais de communication, des charges financières, tous les dérapages budgétaires de Mr Varèse font de la vague rose des années 80 un modeste clapotis.


Les lecteurs de ce blog et plus généralement les citoyens du Vésinet aimeraient que vous utilisiez maintenant vos talents à convaincre le maire et son adjoint aux dépenses que les mesures drastiques prises par le gouvernement s’imposent aussi aux collectivités locales, que le Vésinet n’est pas ce village d’Astérix pouvant ignorer les contingences qui frappent l’ensemble de la collectivité.

Il faut obtenir que soit mis un terme à la politique de dépenses inconséquentes – je vous invite à lire les décisions affichées sur les panneaux de la mairie, vous serez frappé par liste à la Prévert des dépenses farfelues approuvées par Mr le maire, et combien nous sont cachées !

Je ne doute pas que l’homme responsable que vous savez être quand vous fréquentez l’Élysées puisse enfin exiger le retour à l’orthodoxie financière du Vésinet.

Dans l’attente de lire les dispositions que l’équipe municipale prendra en parallèle avec les exigences de rigueur formulées par l’État,

recevez, monsieur le conseiller, mes meilleures salutations.



Phénix

14 commentaires:

  1. Phénix,
    Vous donnez beaucoup (et sans doute trop) de considération à ce petit Môssieur, qui est autant conseiller des princes que vous et moi. Il ne faut pas toujours croire ce que les gens racontent sur ce qu'ils aimeraient que l'on croit d'eux !

    RépondreSupprimer
  2. Mougeonus vulgaris7 mai 2010 à 10:42

    Monsieur Phénix,

    J'attends, comme vous,avec intérêt, réponse à cette excellente lettre.
    Les points qu'elle soulève ont déjà fait l'objet d'interpellations, sollicitations, interventions multiples et variées auprès Qui-nous-savons, avec les résultats que nous savons.
    Aussi je reste plus que circonspect sur la teneur de la réaction à venir d'en-haut...si tant est qu'En-Haut daigne se manifester.
    Veuillez agréer, etc.

    PS En tout état de cause, je m'abstiendrai, au prochain scrutin municipal, d'apporter mon suffrage à toute liste abritant l'un quelconque des membres de l'actuelle cuadrilla, destinataire de votre missive y compris.

    RépondreSupprimer
  3. Pour connaître plusieurs anciens et actuels conseillers techniques, spéciaux et autres dans plusieurs ministères, je confirme que leur importance est ...relative.
    Ce n'est pas parce que ce monsieur affiche son importance avec ostentation qu'elle est réelle.
    Enfin, sait-on jamais.

    RépondreSupprimer
  4. Après deux ans de mandat, nous connaissons notre Roro.
    Il y a tout à parier que s'il y a un gel des dépenses, cela s'appliquera aux dépenses en faveur des vésigondins et non pas aux dépenses du Seigneur du Chateau et de sa Cour.

    Six ans à détruire et combien à reconstruire: après eux le déluge !

    RépondreSupprimer
  5. On mesurera son importance, réelle ou feinte, à sa capacité à stopper la dérive des dépenses de fonctionnement que Varèse a engagée.
    9 millions de dépassement par rapport au plan annoncé par Varèse lui même en 2008 !
    On comprend pourquoi Varèse ne réunit plus les vésigondins, contrairement à son engagement

    RépondreSupprimer
  6. Relativisons : ce monsieur est aux ordres d'un titulaire de MBA du MIT, quand même. Alors dire qu'il "conseille" les "puissants" est un bien grand terme.
    Si ça se trouve, il a un jour murmuré à un quelconque type vaguement sosie de ministre de prendre le café long non-sucré sans lait parce que le thé citron n'était plus disponible dans le distributeur.
    Et ça y est, le voilà qui se bombarde "conseiller du ministre".
    Quelle que soit la "valeur" de ce monsieur, elle est trop largement surestimée.

    RépondreSupprimer
  7. Monsieur Mytho dit :

    "Laffitte : Ami de Fillon et Prochain Ministre des Finances...
    Varése : Ami de Sarko et Prochain 1er Ministre...
    De Cupper : Amie de Chatel et Prochaine Ministre de l'Education Nationale...
    Quant à moi, je fais mon jogging tous les matins avec Carlita..."
    Ne soyez pas trop "jaloux" !!!

    RépondreSupprimer
  8. Dis-nous Robert,
    Quel plaisir trouves-tu,
    A faire ainsi
    Cascader, cascader
    Nos écus ?

    RépondreSupprimer
  9. @ anonyme de 11:50
    Comme quoi les "grands" de ce monde sont bien mal entourés !

    RépondreSupprimer
  10. Les finances du Vésinet font rougir les Grecs.

    RépondreSupprimer
  11. الله أكبر (Dieu est Grand)
    فاريسي صغير (Varese est petit)
    صغيرة لافيت (Laffitte est tout petit)

    RépondreSupprimer
  12. On ne rit jamais chez les banquiers Laffitte que l'on dépense indument ou que l'on engrange, au Vésinet, c'est comme aux jeux olympiques l'important c'est de participer.

    RépondreSupprimer
  13. il suffit de taper "conseiller laffitte" pour accéder, en tête de liste, à la lettre de Phénix

    C'est la célébrité assurée pour ce monsieur, tous ses potes de l'inspection des finances vont lui demander comment il peut encore associer son nom à cette bande d'incapables

    RépondreSupprimer
  14. Vous parlez de problèmes d'argent.
    Je viens de recevoir avec ma maudite feuille d'impôts un tract fiscal intitulé "A quoi servent nos impôts" Je résume :
    Dépenses : 419.6 milliards d'euros
    Recettes : 270,5 milliards d'euros
    Déficit : 149.2 milliards d'euros
    Rappel : dette de 1500 milliards d'euros (un an de salaire en gros)
    Quel est le couillon qui prêterait du fric à un ménage qui présenterait de tels comptes? Même Sofinco et Cetelem diraient non !
    Alors, je trouve que Le Vésinet fait presque figure de bon élève dans la gabegie ambiante !
    Un conseil : Achetez de l'or ou des matières premières physiques stockées en lieu sur avant que vos euros ne servent plus qu'à allumer le feu !

    RépondreSupprimer