11 mai 2010

"Pas touche à mes bordures anglaises !"

Le "p’tit Robert" va-t-il défigurer le Vésinet comme l’intention lui en est prêtée ? Chacun sait qu’il a horreur qu’un grain de sable ne vienne maculer ses petits souliers. Il a instructionné les services de l’équipement pour que cesse cette atteinte à la dignité de ses escarpins.

Va-t-on bétonner, supprimer les bordures anglaises et dérouler du bitume sur les trottoirs qui font le charme et la spécificité du Vésinet pour satisfaire aux caprices de monsieur le maire ? C'est la question qui turlupine de nombreux élus et un grand nombre de vésinophiles.

Si l’idée du "p’tit Robert" est de tester la capacité de mobilisation des vésigondins quand on "sarcellise" leur site, il risque fort de ne pas être déçu par la réponse. Matalou fera figure de mise en bouche avant gueuleton.

"Bernard ! tu peux à bon compte te faire un nom ! Mets un terme à la folie bétonneuse de cette mairie de maçons".
Dis juste à ton pote : " Robert, pas touche pas à mes bordures anglaises."

Réponse ce soir à l’issue de la commission équipement.


18 commentaires:

  1. Bordures anglaises, crottoirs à chiens et déversoirs des autres déchets, réserves de gadoue ravagées par les 4x4 des vésigondins actuels, encore un vestige d'un temps où les gens qui habitaient ce bled étaient civilisés ! Maintenant c'est une vieille défroque qui ne sert plus à rien. Allez aux Ibis par l'avenue de la Marguerite par temps pluvieux (lesdites bordures dites anglaises ont été refaites à neuf il y a peu) en marchant sur les trottoirs, vous arriverez au bout tous merdeux et tous crottés. C'est pourquoi tout le monde emprunte la chaussée à ses risques et périls ! Il faut adapter le site au comportement des habitants, vous citez Sarcelles or les habitants n'y sont certainement pas plus crads !

    RépondreSupprimer
  2. Les bordures anglaises, c'est une partie de l'identié du Vésinet...c'est ce qui lui donne son charme, sa justification de "ville parc". Alors on aime ou pas les gravillons, mais on ne touche pas au bordures anglaises.
    Lorsque vous rentrez de Paris et que vous tournez à droite pour prendre l'avenue du Belloy, c'est un enchantement...préservons cela.
    Et comme tout le monde est d'accord avec cela, à part un...suivez mon regard!
    Alors disons lui haut et fort avant que ce ne soit top tard.
    Et s'il faut faire pression, qu'il sache que nous nous mobiliserons!!!

    RépondreSupprimer
  3. Il y avait Bernard l'ermite dit le pagure.crustacé au corps mou, s'abritant dans une coquille vide .Bernard, c'est mieux de changer votre image et de devenir Bernard le Bétonneux du Vésinet.

    RépondreSupprimer
  4. Les bordures anglaises ont toujours fait débat. Mais jusqu'au début des années 2000, les habitants attachés à la ville-parc historique qu'ils y habitent ou non, étaient les plus nombreux et les plus actifs.
    Peu à peu, le nombre des habitants qui ne connaissent pas l'histoire, qui s'en fichent, qui ne traversent le parc que pour aller à la gare, augmente pour finalement devenir majoritaire.
    Ceux-là, même s'ils sont bouleversés par Nicolas Hulot, sensibles au réchauffement climatique, contre les OGM et pour la sauvegarde des espèces..., n'hésitent pas à bétonner leur bout de terrasse, leur allée, le quart, le tiers de la surface de leur parcelle, envoyant à l'égout des milliers de litre d'eau précieuse (non, pas celle contre les boutons!) Et ils ne verront aucun inconvénient à "bétonner" les trottoirs (surtout si on leur explique que c'est avec un revêtement "végétal") même si cette solution va lourdement grever le budget communal (mais, suis-je bête, les caisses sont pleines).
    Et bien non. Un peu de terres aux souliers, ça ne tue pas, ça ne rend pas malade.
    Un peu d'efforts pour entretenir son bout de trottoir, ça peut être une occasion de parler à ses voisins. Un trottoir naturel, ça demande un peu d'entretien, pour presque rien. Et comme tout le reste du parc, ça se mérite!!
    Vive le Vésinet vivant.

    RépondreSupprimer
  5. @ anonyme de 10h51,
    Les gens ne respectent plus la police...supprimons la police!
    Les enfants ne respectent plus leurs professeurs...supprimons l'école!
    Les ados ne respectent pas les Ibis...supprimons les Ibis!
    Avec ce genre de raisonnement fataliste, on ne défend plus rien!
    La solution: Revenir à ce qui existait auparavant: Chacun est responsable de la bordure située devant chez lui. Et pour ceux qui ne s'en occupent pas: Amende.
    Et vous verrez que plus personne ne se laissera marcher sur les bordures! Non mais.

    RépondreSupprimer
  6. @ anonyme de 11 h 53

    bien dit, vous avez su trouver les mots et je vais de ce pas entretenir mes 30 mètres de bordure anglaise

    merci pour la suggestion que la mairie, j'en suis convaincue, va populariser ( même si le mot fait un peu 9-3)

    RépondreSupprimer
  7. @ le Belge 11:30

    Nous nous mobiliserons...
    Comme contre la hausse des impôts ?
    Comme pour Matalou ?
    Vont sûrement être impressionnés, les Roro boys!
    Mais mobilisons quand même...A force d'essayer, sait-on jamais...
    En parlant de Matalou...entendu ce jour aux aurores sur RTL que la ville de Vénissieux, accompagnée de quelques autres, a demandé -et obtenu- de l'Etat le remboursement des frais occasionnés par la grande esbroufe A H1 N1...

    RépondreSupprimer
  8. Sur la photo de Phenix, Bernard Conte semble accablé par toute la misère du monde. Sa promotion à l'équipement après les boulets de l'urbanisme ne parait pas l'enchanter, son regard serait-il attiré par la porte de sortie? Elle est grande ouverte.

    RépondreSupprimer
  9. @anonyme de 17 : 51
    la loi impose que la porte du conseil soit grande ouverte pendant les réunions

    ceci explique surement cela.

    RépondreSupprimer
  10. Si le trottoir de la photo est bétonné, la haie perdra la moitié de son alimentation en eau de pluie. Son propriétaire devra compenser par l'arrosage ou la laisser dépérir.

    RépondreSupprimer
  11. A la CCBS, il est question de faire payer l'enlèvement des déchets verts au volume ou au poids. Du coup certains se disent déjà que réduire un peu le volume de la végétation dans leur jardin serait une solution d'économie...
    Oui, le Vésinet s'apprête à vivre des heures difficiles.

    RépondreSupprimer
  12. O anonyme de 21:02 il ne vous aura pas échappé que Le Vésinet pratique déjà les heures difficiles depuis mars 2008...

    RépondreSupprimer
  13. Depuis 2008, les vésigondins pâtissent de la mauvaise gestion de leur nouvelle municipalité. Ils vivent en cela des heures difficiles.
    Ce dont il est question dans le commentaire de 21:02, c'est autre chose, qui n'intéresse peut-être plus grand monde mais qui pourtant a fait le succès du Vésinet, sa renommée et une grande partie du plaisir qu'il y a à y vivre : La "nature".
    Pour tous les autres sujets, le Vésinet est une ville comme les autres, avec tous les problèmes que l'on peut trouver dans une ville.
    Mais nous avons EN PLUS à préserver notre coin de nature (pas si naturel que ça d'ailleurs) et on se demande si les vésigondins en ont encore la volonté. Ils ne la manifestent pas beaucoup hélas.

    RépondreSupprimer
  14. Les pelouses devant l'école des charmettes sont tout simplement immondes. Des déjections canines, en veux tu en voilà.
    Impossible de stationner dans la rue sans marcher dans une crottes de chien en descendant de voiture pour emprunter le trottoir tel un vésigondin civilisé.
    Voilà à quoi servent les trottoirs à l'anglaise, n'en déplaisent aux amoureux de la "spécificité vésigondines"

    RépondreSupprimer
  15. Encore une fois, ce n'est pas parce que certains laissent crotter leur chien n'importe où que cela justifie la suppression des bordures anglaises !!
    On sacrifie tout à la bagnole, on se terre chez soi à cause des (hypothétiques) loubards, on va supprimer les bordures engazonnées à cause des chiens !
    Non mais arrêtez !!!

    RépondreSupprimer
  16. Mais que fait on contre l'incivilité des maitres ?

    Réponse: RIEN

    RépondreSupprimer
  17. De ce point de vue, la municipalité, comme la précédente, baisse les bras sous prétexte que "c'est comme ça, c'est l'évolution des mentalités". Des discours en public, les bras ballants en privé.
    Et si on s'aventure à réclamer par exemple un peu de rigueur dans l'île des Ibis, parc d'agrément classé, alors qu'il y a les hectares de pelouses par ailleurs, on se fait taxer ici même de facho ou d'anti-jeunes.
    La vérité, c'est qu'au fond, tout le monde s'en fout.

    RépondreSupprimer
  18. A Anonyme du 14/5 à 21:22
    Un seul mot BRAVO !
    On s'en fout jusqu'à ce qu'il y ait un mort par overdose d'alcool ou de drogue ou par accident avec les 4x4 des mariages allogènes ! Ça devient très grave...
    En France on ne s'occupe des problèmes que quand il y a un accident grave. CF : Nantes

    RépondreSupprimer