20 février 2012

CCBS : Tarde venientibus ossa

Vintraud, Chaléat, et Fiquet se sont invités à la table des ripailles intercommunales.

C’est bien tard pour espérer récupérer autre chose que des rogatons du festin communautaire. Les morfals, les Fond, les Bel ont asséché le flux des fonds de la CCBS au profit de leurs administrés.

Varèse, blâmé par B2C pour s'être désintéressé des dossiers, de Cupper Lang et Michel virés sans motif valable ni ménagement, ce sont Vintraud Chaléat et Fiquet qui représentent désormais le Vésinet au coté d’un B2C qui n’a jamais plongé dans les dossiers très techniques de l’intercommunalité.

Comment Vintraud et Chaléat que B2C a jugé indignes de s’asseoir à ses cotés pourraient redresser une situation intercommunale compromise par l’instauration de règles de péréquation détrimentales pour le Vésinet ?

Vintraud qui s’est forgé une réputation à Croissy du temps où il sévissait au Club de tennis local, Vintraud dont la renommée s’est améliorée avec la direction du personnel municipal, Vintraud dont le nom restera associé au fiasco de Barcelone, au bail "spécial" procuré contre tous les usages au DGS, Vintraud qui a approuvé les 130.000€ de matos informatique en profitant de la vacance du pouvoir politique a été déchargé de toutes responsabilités par B2C avant d’être remercié ... par un siège à la CCBS !

Chaléat, pas même bonne à devenir adjointe au Vésinet, hyper efficace dans la gestion des conseils de quartier : deux réunions en 4 ans pour celui de Princesse, incapable d’une synthèse sur le sujet phare de la ligne 19, problème épineux, s'il en est, pour les habitants du quartier Charmettes-Merlettes, est promue à la CCBS !

Quant à JP Fiquet, à peine nommé déjà vacancier ! Qui croira que l'hyperactif argentier argenté pourra aussi faire bénificier la communauté de communes de ses conseils avisés, à moins qu’il n’envisage d’y associer ses amis de Landwell, comme au Vésinet ?

C’est un peu tard M B2C pour envoyer vos seconds couteaux à la table communautaire. Mme Morel, votre adjointe montessonnaise aurait du vous alerter car toutes les règles sont déjà scellées par Bel-Fond et ce n’est pas le trio inexpérimenté que vous avez vous même dévalué, qui aura l’audace de remettre sur le chantier des dispositifs de redistribution qui pénalisent le Vésinet.

Tarde venientibus ossa !

« ceux qui viennent tard à table ne trouvent plus que des os. »

photo droite Le Parisien du 18 février


22 commentaires:

  1. Il faut qu'ils démissionnent tous !
    Vésigondins mobilisez-vous et foutons tous ces gigolos Politicars dehors !! Place au sang nouveau et pas "Impur" !!!

    RépondreSupprimer
  2. Les os et la lie du calice!

    RépondreSupprimer
  3. Mais pourquoi diable a-t-il (sa seigneurie le maire) osé enlever André Michel de ce poste stratégique? AM est compétent, et contrairement à beaucoup d'autres, il défends nos intérêts, cette éviction est ridicule !

    Cette nouvelle équipe a perdu le très peu de crédibilité qu'elle aurait pu espérer! qu'ils s'en aillent tous ! et que le Vésinet sorte de cette tambouille qui est la CCBS ! ils ne font que nous pomper notre fric, en plus ça rajoute que des strates à l'administration et à nos impôts !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Chaléat d'où sort elle à part des salons de thé avec les jambes serrées et le petit doigt levé, tout d'un coup avec son air si avenant elle veut être partout. Quelle honte !

      Supprimer
  4. C'est Morel, le poisson pilote de Bel qui est à l'origine de cette éviction.

    Bel est furieux de voir ses magouilles faites pour tirer la couverture au profit des montessonnais mises à jour par Michel du fait de sa présence à l'intérieur de la CCBS.

    RépondreSupprimer
  5. Il est clair que l'ouverture pronée par le nouveau maire devait intégrer une place maintenue à la CCBS pour André Michel...mais avait-il le choix!
    L'étiquette socialiste pèse plus lourd dans la balance que la connaissance des dossiers et la compétence.
    Il a toujours défendu les intérêts du Vésinet, lui!

    RépondreSupprimer
  6. Mais que André Michel soit remplacé par des personnes compétente de l'UMP pourquoi pas, mais la c'est le cataclysme, le degré zéro, le ras de marré, aucun des remplaçant n'osera lever le petit doigt pour remonter des anomalies voulues de ce genre !

    Dans ce cas, la compétence aurait du largement prévaloir sur les calculs politiciens à deux balles, mais surtout aurait du prévaloir sur l'intérêt des vésigondins

    RépondreSupprimer
  7. Chercher qui a donné l'ordre à Bastard de Crisnay de chasser Michel de la CCBS et vous saurez pourquoi Bastard a obéi,le petit doigt sur la couture du pantalon. Bastard est pris en otage et n'a pas l'ingratitude ou le courage de désobéir après avoir été fait calife, surtout en n'étant que rarement là. Le soir en face de lui-même, il doit être mal d'avoir fait quelque chose de pas joli-joli! Il devrait vite repartir là où il était bien peinard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne reste plus rien du RPV qui s'est fait élire sauf quelques amateurs de prébende ou d'autres qui appréhendaient de se voir désoeuvrés.
      La situation exigeait une démission collective . Sans cette démission ils ont ouvert la porte du pouvoir à Mr Bel.
      Varese et Michel étaient rugueux au CCBS . Maintenant Mr Fiquet viendra pour apposer son paraphe là ou Bel le lui demandera.
      Cette équipe Vésigondine pleine de contradictions est tout sauf légitime.

      Supprimer
  8. Conseil du 16 février 2012:
    Attribution du logement à l'ex-DGS.

    Monsieur Fiquet, le roi de la saisine de Landwell, va pouvoir nous expliquer la signification du recel d'abus de biens sociaux. En effet, attribuer, à un prix nettement inférieur au prix du marché, un logement à un individu qui n'a plus de fonction à la Mairie constitue un délit. Un tribunal jugera-t-il coupables Varèse et Weber, l'un pour abus de biens sociaux, l'autre pour recel d'abus de biens sociaux ?

    On va bien voir si à la Mairie du Vésinet, la loi ne doit s'appliquer qu'au Blogger et non aux élus et à leurs vassaux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n' y a pas délit, ni abus de bien social !
      C'est la préfecture qui a évalué le montant du bail ! et même si cette somme parait faible à beaucoup elle ne peut donner lieu à qualification d'abs.

      Quant à varèse il avait tous les pouvoirs y compris celui de consentir un bail à son ancien DGS ....

      Phénix

      Supprimer
    2. Donc, j'en conclue que Le Vésinet est déjà "sous administration " de la Préfecture !

      Supprimer
  9. Phénix,
    Comme si la Préfecture dictait le Droit !!!!!!!
    On a bien vu dans l'affaire Bécue/Bel-Gattaz que la Préfecture racontait n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
  10. Phenix,

    Que devient la plainte de Becu, je pense que si JFB doit se représenter pour les cantonales, il aura plus du tout le même score ! je fais parti de ces gens qui détestent sentir qu'ils se sont fait avoir !

    RépondreSupprimer
  11. Proposition de référendum: "Acceptez-vous que Le Vésinet reste dans la CCBS?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non et non ! je suis pour la dissolution de cette strate d'administration, et particulièrement la CCBS, en effet, qui connait la différence en terme de compétences entre la région, le Canton, le département, la Communauté de commune ... j'en oublie certainement d'autres.

      Avec les révélations la CCBS ne sert qu'à ponctionner les impôts (plus qu'il n'en faut) et ensuite à mal les redistribuer !

      Alors si nous pouvons sortir de cette CCBS ça nous éviteras de financer les montessonnais, et tous les lèches bottes incompétents (incompétent pour le Vésinet en tout cas) qui y siège. Ça permettra aussi de réduire notre facture fiscale.

      Supprimer
    2. je ne suis pas spécialiste mais je crois qu'hors de la CCBS, point de subventions (ou si peu) ...

      Supprimer
  12. Bonjour phénix, je ne suis pas d'accord avec vous, pour une fois ;) Le fait que la préfecture ait validé le montant et les conditions du bail ne signifie pas que ce bail est exempt de vice. De la même façon, le maire n'a pas tous les pouvoirs, nous ne sommes pas encore dans ce type de régime politique. S'il s'agit d'un bien communal consentit à un tarif et des conditions exhorbitantes du droit commun sans corrélation avec un besoin non administratif et autre que celui d'un seul, la qualification peut être argumentée et le bail dénoncé. Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  13. Il est certain que la bande de Béni Oui-Oui (ex-Godillots) de la Mairie ne va pas avoir le courage de chercher des noises à P'tit Robert.

    RépondreSupprimer
  14. Ah les mots croisés du Figaro, on y apprend même les citations latines, hein Phénix ... (;-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sans oublier les pages roses des vieux Larousse ....

      Supprimer
    2. Je rêve Phénix qui vante les qualités d'un vieux ....!!!

      Supprimer