6 mai 2012

La maison sans nom !

Il n’y aura pas d’inauguration de la MJC !

L’appellation, non contrôlée, avait un relent post soixante-huitard peu seyant pour le Vésinet. Le label MJC ne s’accolera pas à la maison restaurée du carrefour Villebois Mareuil boulevard Carnot.

De toute façon le premier coup de pioche n’est pas pour demain. Le financement n’est pas bouclé et même si le budget imparti à ce projet n’excède pas deux millions d’€* (HT) le jour est loin où 50% de cette somme sera couvert par des subventions et autres subsides extérieurs à la poche des administrés. Cette règle d’or étant fixé par M le maire on peut craindre qu’en ces temps de disette budgétaire les bailleurs départementaux et nationaux ne se précipitent pour aider les «pauvres» vésigondins qui de surcroit votent à droite à 70%.

Ce n’est donc pas pour financer la maison-sans-nom que le terrain des aiguilleurs sera cédé, mais pour boucher le trou hérité de la place du marché ! Dont acte.

Si tel est le cas, et rien n’autorise à douter de la parole de M le maire, il faudrait reconsidérer ce projet dont la nécessité – n’en déplaise au président de la maison-sans nom – ne fait pas loi. Mme Morel et Mme Gattaz avaient au temps où elles ronronnaient dans l’opposition flétri cette opération. Mr Jonemann et M Michel ont dit tout le mal qu’ils en pensaient.

M le maire se targue d’écouter d’abord les vésigondins, estimant – c’est son avis – que les opposants sont tenus de s’opposer et ignorent souvent les souhaits de la population.

La cohérence voudrait que M. le maire n’exonère pas ses amis de ce type de déviance et englobe dans son raisonnement les élus de sa majorité. L’attitude des deux girouettes pré citées, qui sur tous les sujets ont viré de bord depuis qu’elles ont rejoint le groupe majoritaire le confortera sur la pertinence de son analyse. Un élu devient vite l’otage de ses petits intérêts, loin, très loin de ce que commanderait l’intérêt général. Varèse restera un emblème pour le détournement au profit de ses amis des choix municipaux. Conservatoire de musique, 17 rue Thiers, 43 rue Pallu, projet Hammoutène .... et tant d’autres décisions jusqu’au choix du cabinet Landwell ....

M le maire a probablement raison. Dès lors il n'a pas d’alternative à l’obtention d’une onction populaire, puisque il est à la tête d'une majorité à légitimité limitée.
Les élus, il le reconnait lui même, après 4 années d'errance ne s'expriment plus au nom de la population. Chacun de ses choix structurants doit donc être soumis à votation, à la sanction des urnes.

Première manifestation de cohérence : consulter les vésigondins pour le projet de rénovation de la maison-sans-nom !

* information donnée par M. le maire.


5 commentaires:

  1. Mon cher Phénix,

    Se référant au regrette Président Edgar Faure dont l'humour le disputait à l'intelligence (lui !), Mmes Bel et Gattaz, pourraient vous rétorquer avec la mauvaise foi qui les caractérise, que "ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent". Ainsi est-ce sans la moindre hésitation ni le moindre remord qu'elles prennent naturellement le parti que leur dicte Eole. Elle n'y sont donc pour rien !

    RépondreSupprimer
  2. Est ce raisonnable de vouloir débaptiser cette institution qui depuis près de 50 ans a accompagné les activités (loisirs, culture, physiques) des vesigondins et de leurs voisins de nos villes sœurs.
    Combien de générations vont-elles perdre leurs souvenirs ? Pour quel avantage ?
    Permettre à la nouvelle municipalité de laisser son empreinte sur les murs ?
    Pas sûr que le jeu en vaille la chandelle !
    Jean-Nicolas BECUE

    RépondreSupprimer
  3. Abstention 1 727 / 14,78%
    Nicolas
    SARKOZY
    71,38%
    6 905 voix

    François
    HOLLANDE
    28,62%
    2 769 voix

    Inscrits 11 687

    Votants 9 960 / 85,22% Blancs et nuls 286 / 2,87%

    Exprimés 9 674 / 97,13%

    RépondreSupprimer
  4. Monsieur le Maire et ses deux groupies sans foi ni loi auront beau jeu d'aller cracher ouvertement à la figure de la gauche au pouvoir dans la région et dans le pays pour pleurer quelques subventions.
    Il leur sera rappelé une chronique assassine et fiéleuse dans la dernière revue municipale et ce retour de bâton ne sera que mérité.

    RépondreSupprimer
  5. La France a le président qu'elle mérite !

    RépondreSupprimer