25 mai 2012

Ligne 19 : Kléber plutôt que Belloy

La décision est tombée, la rue des merlettes sera mise en sens unique et par conséquent les bus « remontant » emprunteront un trajet alternatif, sans doute l’avenue Kléber, à moins que ce ne soit Belloy … avant de rejoindre les terres blanches.

Le préfet s’étant opposé à un détour par la route de Sartrouville, le maire devrait opter pour la moins pire des solutions. Épargner l’école des merlettes et sacrifier les riverains de l’avenue Kléber. La célèbre allée de l’émeute ayant échappé à la sanction, elle longe un jardinet dont les pissenlits doivent être protégés.

Pour faire avaler une pilule bien amère aux nouvelles victimes des busenseine le maire a obtenu que les bus voient leur taille réduite à 10 mètres. Pas sur que cette réduction satisfasse les riverains. Il fallait toute la naïveté des participants à la réunion du 3 mai à la mairie pour s’auto congratuler en entendant le maire annoncer qu’il allait prendre un arrêté.

L’arrêté n’aura été qu’un alibi pour mettre fin à un simulacre de concertation. Il est suspendu avant même d’avoir été pris.

Le tracé de la ligne 19 est l’exemple type du problème insoluble si on prétend contenter tout le monde. Pour en arriver là fallait-il attendre 4 ans ?



4 commentaires:

  1. La rue des Merlettes est à cheval sur les 3 communes de Montesson, du Pecq et du Vésinet. les 3 maires se seraient donc mis d'accord pour la mettre en sens unique ou est-ce un diktat du préfet.

    Zorro des Charmettes

    RépondreSupprimer
  2. On entends pas les usagers, mais ils auraient sûrement beaucoup de choses à dire.
    Et puis franchement quand on me parle de nuisances pour la passage d'un bus devant chez soi, ça me fait rigoler!

    RépondreSupprimer
  3. Le Préfet qui s'oppose au passage d'un bus sur une voirie départementale ?
    Pour quel motifs ?
    Parce que BEL ne le voulait pas ?
    Est-ce le même Préfet qui a favorisé BEL en enregistrant sa candidature alors qu'il n'en avait pas le droit ?
    Les copains et les ...

    RépondreSupprimer
  4. La question fondamentale est la suivante : faut-il obliger des dizaines, voire des centaines, de personne chaque jour qui prennent le bus pour aller travailler à poireauter de longues minutes sur l'avenue de Sartrouville parce que le bruit indispose quelques Vésigondins ? L'intérêt général échappe à quelques uns.... Au fait ces derniers ne font rien pour les avions qui survolent Le Vésinet en finale pour aller se poser à Roissy ? Ce combat serait plus judicieux dans le mesure où ces nuisances sonores troublent la tranquillité de milliers, millions de Franciliens. Bonne nuit....

    RépondreSupprimer