26 juin 2012

PLU : B2C signe la fin d’une exception

M Bastard de Crisnay craindrait-il de retrouver sur le blog le fruit de ses élucubrations ? Toujours est-il qu’il interdit la diffusion des projets machiavéliques dressés par le cabinet CODRA pour la refonte du plan d’urbanisme, plan présenté hier soir en conseil privé.

En centre ville le passage en R+ 5, l’autorisation de raser toutes les petites maisons, et la fin des limitations d’extension des propriétés bâties sur l’ensemble de la commune à l’exclusion de quelques villas nommément identifiées sonnent le glas de l’exception vésigondine.

Le Vésinet rentre dans le rang et comme l’a si bien fait sentir M le maire en introduction à la réunion électorale de JF Bel au sous sol de la mairie : nous sommes tous des montessonnais».

M-A Gattaz a été chargée – publiquement – par M. le maire de faciliter l’allégeance du Vésinet aux diktats du duc de la plaine voisine. Elle a montré par son inactivité sur la ligne 19 qu’elle ne serait jamais un obstacle aux tendances expansionnistes du perfide voisin. Quant au maire il a vivement félicité M. Bel qui – par CCBS interposée - a subtilisé 300.000€ de la poche des vésigondins au bénéfice de ses administrés. Ce même Bel se félicite de prolonger la ceinture verte à Montesson mais s’associe à la destruction des 40 ha du parc Impérial.

Ouvrir le Vésinet aux bétonneurs : Varèse en avait rêvé , Bastard
avec la complicité de Bel le fait !

Seule une mobilisation de tous les amoureux d’une ville protégée – jusqu’à ce jour - par un POS drastique peut contraindre le maire à mettre la copie CODRA au panier. Les Fiquet et autres montessonnais de l’ombre (Morel étrangement absente du conseil privé alors qu’elle est physiquement à la mairie) doivent savoir que les vésigondins se ligueront – toutes tendances confondues – pour faire obstacle au saccage planifié de leur patrimoine.

Après l’abandon – unique dans les annales – du droit de préemption* au profit de l’EPFY, le maire poursuit la politique de régression entamée par Varèse en délaissant les règles d’urbanisme qui ont fait du Vésinet une ville d’exception.


* Cf article des Vigilants.


7 commentaires:

  1. il existe une association , l'AEB, qui s'attache à défendre le Vésinet et notamment le parc de l'Hôpital;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'AEB est une association bien discrète dont les membres se découvriront qu'au moment opportun, aux prochaines vraies élections par exemple...
      En attendant, le temps presse et un comportement beaucoup plus actif serait peut être de bon augure!

      Supprimer
  2. Caton l'Ancien27 juin 2012 à 09:23

    Delenda Bastard de Crisnay.

    RépondreSupprimer
  3. L'exception, elle est déjà loin. Il suffit de constater l'état des pelouses, ronds-points et banquettes anglaises. A quand le safari ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut il tondre les espaces verts du Vésinet comme s'il s'agissait d'un gazon, ou bien faut il adhérer à la tendance actuelle de certains paysagistes qui laissent plutôt pousser les herbes dans un esprit "naturel et sauvage" mais de façon maitrisée? Exemple, laisser une bande haute le long des propriétés et tondre le reste, créer et mettre en valeur des vues en laissant les herbes pousser sans que cela fasse non entretenu ou négligé.
      Il serait aussi intéressant de savoir de quelle manière les pelouses étaient entretenues à leurs débuts. Les moyens techniques n'étaient pas aussi sophistiqués qu'aujourd'hui.
      A l'heure ou l'écologie fait de plus en plus parler d'elle, il faut peut être s'interroger sur les possibilités d'allier l'esthétique maitrisée avec une potentielle réduction des coûts d'entretien.

      Supprimer
    2. Actuellement il n'est pas question de laisser une bande le long des propriétés et de laisser pousser les herbes de façon naturelle et sauvage; Actuellement certaines pelouses sont tondues et d'autres complètement en friche ( et rien à voir avec une esthétique maitrisée !); les mauvaises herbes et autres espèces envahissantes étouffent complètement les rosiers de certains ronds-points, quant aux banquettes anglaises, celles plantées avenue de Lorraine il y a 3 mois se résument pour la moitié d'entre elles à une bande d'orties de 40 cms de haut, l'autre moitié ayant été tondue (pas très esthétique et pas très maitrisé

      Pas d'intervention de paysagistes dans ce spectacle. Simplement du laisser-aller et du jm'enfoutisme !

      Supprimer
    3. Effectivement,dans ce cas il y a du boulot avant de penser à une ville dont l'aspect paysagé serait maitrisé.

      Supprimer