28 juin 2012

ZAC Princesse ou ... Mercantour ?

Énième réunion autour de l’aménagement du parc impérial, énième redite, énième récitation de la litanie des vœux pieux au dam des participants qui répondaient à une invitation sur la restitution des conclusions des ateliers thématiques réunis par Mme Lang fin 2011.

De restitution il n’y en eut pas ! Et toute cette mise en scène n’a été que le cache misère de la concertation sous l’ère Varèse. Un simulacre que les textes rendent obligatoire, et se transforme en mascarade dont les participants sont les acteurs involontaires.

Mais hier soir les moutons n’étaient pas bêlants. Bien sagement assoupis ils somnolaient bercés par les interminables digressions de l’adjoint Fiquet.

Et le Fiquet c’est comme du Hollande version Martine Aubry. Ça donne dans le flou.

Exemples ces deux perles parmi tant d’autres : « Il est certain, que les choses étant ce qu’elles sont, avec des incertitudes, ça aura des conséquences sur le phasage ... » ou cet autre monument de précision : « Il y aura par la force des choses un certain nombre d’éléments qu’on découvrira petit à petit ».

Il y avait autant à boire qu’à manger dans la bouche du maître du barreau ! et les moutons de l’AEB paissaient tranquiloup dégustant les propos suaves et toujours courtois du maire adjoint à l’urbanisme, avant de se faire croquer*.

Rien de précis sur les aménagements collectifs, rien de précis sur les investissements laissés à la charge de la ville, rien de précis sur la disposition du bâti, sur la ré habilitation du cimetière....

Tout au plus a-t-on découvert qu’une maison médicalisée sera située à mi chemin de ce dernier et de l’hôpital du Vésinet. Il fallait y penser.

« Quand c’est flou, il y a un loup ! » Autour de la ZAC Princesse ce n’est pas un loup que l’on a dénombré c’est une meute.

On se croyait au parc Impérial, on était au cœur du Mercantour.


* Fiquet a signifié aux associations de cesser de jouer avec le feu en déposant des recours qui permettraient à l’État d’augmenter la densification !


5 commentaires:

  1. un mouton qui ne bêlait pas28 juin 2012 à 11:52

    pas bon cet article Phénix:toujours retour sur Varèse:plus concerné par le galimatias asséné, mais ça fait plaisir à Phénix,il faudra une psychothérapie pour le séparer de Varèse.On a changé de maire et c'est pire sauf pour Phénix?Quant'à Hollande et Aubry,que viennent-ils faire au milieu? Sans doute une petite touche contre la gauche,ça fait du bien.Et y a pas de mal à se faire du bien.Phénix,fatigué?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Phénix est peut être fatigué, mais avec la ville et H4, on finit par tous être fatigués!
      On nous rabâche les mêmes poncifs de puis des mois: "Faire de l'exceptionnel, faire du durable, faire du végétalisé, faire des circulations douces, conserver l'esprit du comte de Choulot etc".
      On n'a pas besoin de payer un bureau d'étude pour dire ça?
      Le sujet du jour était de restituer la synthèse des réunions de travail avec les habitants. On a eu quoi? Rien.
      Et les questions de fond restent sans réponse: Comment et pour combien?
      Combien de bâtiments? Quelle répartition sur le terrain? Quels équipements publics? Quels coûts pour le contribuable? Quid du cimetière? Comment gérer le trafic supplémentaire?
      H4: problème de compétence!
      La Mairie: Problème de consistance!

      Supprimer
  2. Quand l'Etat voudra lotir le Parc de Versailles, les réunions avec la mairie seront plus agitées.

    RépondreSupprimer
  3. et pendant cela l'hopital qui sait que ces terrains ne sont plus à lui, n'entretient plus rien : il y a une explosion d'arbres invasif (faux verni du japon alias Ailanthus altissima Ailanthe - Espèce à ne pas planter : invasive avérée dont l'éradication est très difficile : http://www.invmed.fr/sites/invmed.fr/files/pictures/ficheAMEailanthe.pdf )

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve que le Phénix renaît bien laborieusement de ces cendres. Elles sont même un peu tiédasses, ses cendres.
    L'observation est une position bien confortable : pas de risque, on se fait plaisir à critiquer, on ne propose jamais rien, on n'entreprend jamais rien.
    Pendant ce temps, on ne trouve personne pour entreprendre, pour sortir cette ville de sa torpeur, de son conservatisme, de son repliement sur une histoire dépassée. Personne pour prendre en main son destin dans une contexte qui ne l'attendra pas et qui la mangera toute crue.
    Phénix : bien petit petit joueur

    RépondreSupprimer