28 septembre 2012

EPFY : une fin programmée ?

L'EPFY, bras financier du Conseil général des Yvelines (UMP) en matière d’urbanisme sera-t-il supprimé par la loi Duflot ?

C’est le sort probable de cet organisme puisqu’un amendement déposé en codicille à la loi de mobilisation du foncier public qui redéfinit la politique de production de logements sociaux prévoit sa suppression au profit d’une agence régionale (gérée par les socialistes).

Les cris d’orfraie de la droite Versaillaise (lire le communiqué) ont peu de chance d’émouvoir députés et sénateurs qui disposent de la majorité dans leurs assemblées respectives.

C’est le pire de ce qui pouvait arriver au Vésinet, compte tenu du rôle prépondérant dévolu à cet établissement dans les projets d'urbanisme de la commune.

Les terrains de l’hôpital, du fait de l’incurie varésienne et des ses complices aujourd’hui aux affaires sont devenus propriété de l’EPFY. Le droit de préemption urbain dont la ville a été dépossédé avec l’aval de l’actuel majorité ( billet du 24 septembre) est transféré à ce même organisme.

La sanctuarisation du Vésinet n’était plus qu’une illusion depuis que le bureau municipal avait affiché – sans toutefois accepter de le publier -  son projet de PLU. L’EPFY, dont l’ineffable Fiquet prétendait qu’il serait un partenaire loyal pour défendre l’exception vésigondine, disparu, la voie est libre aux Verts d’Europe Écologie pour faire du Vésinet le champion toutes catégories du rattrapage en matière de logement social ! Aucun plan cohérent n'a été présenté par les 3 derniers maires pour résorber le retard pris par la ville, pas faute pourtant d'avoir été alerté.

L’imprévoyance des élus de la majorité et la myopie des deux groupies de Bel (ex dirigeant de l'EPFY) qui se sont précipitées pour les rejoindre, le refus d'entendre les rares voix* (dont Jonemann et Michel cloués au pilori dans la revue municipale de septembre) qui les sommaient de ne pas livrer l'urbanisme au Vésinet à une technostructure boulimique auront facilité le transfert aux ayatollahs verts du devenir urbain de la ville parc.



* Le 16 mai 2012 ce blog anticipait le danger pour le Vésinet de l'arrivée de Mme Duflot au ministère du logement ! Lire le billet : Nabila, l'heure du choix !


2 commentaires:

  1. L'union Bastard-Fiquet et Morel-Gattaz,... a produit en un an plus de logements de standing qu'en 4 ans de Varèse. C'est la joie des promoteurs,une provocation pour l'Etat,un mépris pour les vésigondins qui vont payer. Alors c'est sûr,ils sont mal placés pour résister.

    RépondreSupprimer
  2. C'est compliqué l'urbanisme d'autant que les règles nationales changent tous les quatre matins. Nos élus actuels manquent cruellement d'expérience dans le domaine et ne se fient qu'à leur seul bon sens. La révision du POS ne pouvait elle permettre des sursis â statuer pour négocier quelques logements sociaux conformément aux objectifs du PLU? Certes le résultat n'était pas gagné, mais la position aujourd'hui face à l'Etat serait plus confortable.

    RépondreSupprimer