5 novembre 2012

Fermer la parenthèse !

Après la lettre de Phénix à la Lyonnaise : ne pas se tromper de cible !

La cible, ce sont ceux qui vont laisser la ville dans une situation dramatique : ma lettre au maire du 22 février, dont un extrait est cité dans la lettre de Phénix, ne ciblait pas La Lyonnaise, mais reprenait quelques unes des nombreuses interrogations et les mots sont faibles, que nous avions eu dès ce conseil municipal du 16 Février, soit un mois seulement après l’entrée en fonction de M. Bastard de Crisnay :
     
- sur la gestion peu professionnelle par M de Chamborant de l’informatique et sur son absence de maitrise du dossier desserte des gares.                                                                                                                                       
- sur la non transparence des marchés de l’eau passés par M. Conte et M. Potier et les doutes qui en résultaient,
- sur les délibérations financières approximatives de Mme Morel,
    
- sur la représentation à la CCBS par des conseillers que M. Bastard de Crisnay avait estimé  incompétents pour être ses  adjoints : M. Vintraud , ‘dégagé’ de ses fonctions d’adjoint de R. Varèse, C. Chatard, recalé de R. Varèse puis de M. Bastard de Crisnay, et Mme Chaléat, recalée elle aussi,

- sur le flottement qui régnait dans la gestion des affaires avec des délibérations mal préparées et retirées en séance. Tous ceux qui suivent le vie de la mairie et la tenue de la ville ont constaté que la situation  de mois en mois s’est détériorée et que seule une implosion serait bénéfique avant que Mme Morel n'ait enregistré ou provoqué le départ de tout l’encadrement, car entre les démissions, les virés et ceux qui cherchent dans une autre ville, c’est la fuite, et avant que M. Fiquet n'ait bouclé un PLU qui livre Le Vésinet-nord et les Charmettes aux promoteurs.
Alors pour en revenir à la lettre de Phénix à La Lyonnaise, ne confondons pas les fournisseurs qui répondent à des commandes et exploitent leurs faiblesses le cas échéant  avec les élus qui commandent et négocient le travail à faire. Il n’est pas de l’intérêt de la ville de débattre sur la place publique du sens dans lequel l’eau doit couler et des échanges avec un fournisseur. Les vésigondins veulent un système qui marche au moindre coût. Aux élus responsables de le faire. L’opposition est là pour s’assurer que cela est bien ainsi. Mon article sur l’eau est sans équivoque. Il concerne M. Conte et M. Potier qui devaient agir au moindre cout pour la ville sous la responsabilité de M. Bastard de Crisnay. Les doutes du 15 Février se sont aggravés faute de transparence. Leur décision de revenir sur l’affaire  de Barcelone en portant plainte contre Phénix montre que les intérêts de la ville ne sont pas leur souci. 

Seul comptent leur égo. Ils se sont disqualifiés par cette action en justice. M. Conte et M. Potier doivent passer la main discrètement et se faire oublier. Les relations avec la Lyonnaise repartiront ainsi avec des interlocuteurs nouveaux sur des bases nouvelles. La page sera tournée. C’est l’intérêt de la ville.

Mais en prend-on le chemin ? Nous ne le pensons pas !


Appel de MOREL à la démission avant d'entrer au Conseil !
M. Bastard de Crisnay veut désormais priver l’opposition de l’accès à l’information comme il vient de nous le signifier - à nous seuls, comme M. Weber l’ancien DGS avait essayé! Que M. Bastard de Crisnay ne rêve pas : il ne nous bâillonnera pas ! Sectarisme politique, droit à l’information entravé, liberté d’expression contestée, gaspillage financier, fuite du personnel, jamais nous n’avions connu cela au Vésinet. Tolérance des idées d’autrui, transparence des décisions prises, gestion  économe de l’argent des contribuables et respectueuse du personnel, sont sans aucun doute hors de portée de cette équipe. 

La parenthèse ‘Bastard de Crisnay’ montée de toutes pièces par Mme Morel (voir son tract ci dessus d'appel à la démission), pour accéder au pouvoir a échoué. La conclusion s’impose : 

 Fermer la parenthèse !


André MICHEL groupe LVSD 





9 commentaires:

  1. Nous sommes dans une Société où le Préfet, la Police, le Procureur, la Cour des Comptes ... sont entre les mains du pouvoir.

    Le groupe LVSD a donc tout loisir de demander au pouvoir en place de mettre fin à la farce amère vésigondine.

    Mais c'est vrai que le pouvoir en place ne se préoccupe que des salles de shoot, du mariage gay et autres sujets mineurs !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis de droite mais le commentaire de "anonyme de 12:22" se semble loin de la réalité. Varèse et ses succeseurs sont en place depuis plusieurs années et ils ont revendiqués une appartenance à l'UMP. Tous les services de l'Etat ont laissé faire depuis leur arrivée aux affaires. C'est un peu simple de mettre la responsabilisé de leurs agissements à la nouvelle majortié nationale en place depuis 5 mois.........

    RépondreSupprimer
  3. Fermer la parenthèse = tous dehors, sans attendre mars 2014!

    RépondreSupprimer
  4. il est plus urgent de voir Chamborant, Fiquet et Morel quitter leurs postes de maires-adjoints; c'est eux les boulets qui ne défendent pas les intérêts de notre ville.
    quant à ceux cités par M Michel et qui n'ont pas été retenus par de Crisnay, c'est peut être bien qu'ils avaient refusé par respect pour leurs électeurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et notre ex salarié B.CONTE qu'en avez vous fait ?

      Supprimer
    2. Selon des "sources" concordantes il aurait fui le Vésinet.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas la fuite de Varenne mais sans doute des vacances au soleil de Barcelone !

      Supprimer
  5. MOREL ( et GATTAZ)en appelant à la démission un conseil municipal qu'elle va rejoindre moins de 8 jours après, entre dans les annales du plus rapide retournement de veste jamais vu de mémoire de politologue.

    MOREL (et GATTAZ) votant en janvier 2012 le même budget que celui qu'elle avait refusé de voter en décembre 2011 !

    MOREL (et GATTAZ) donnant les pleins pouvoirs à Bastard en janvier 2012, pouvoirs encore plus "pleins" que ceux qu'elle avait refusé de voter à Varèse en avril 2008 !

    MOREL s'asseyant à coté de CONTE dont elle ne cessait de dire pis que pendre - ... et non sans bonnes raisons - quand elle était dans l'opposition.

    MOREL (et GATTAZ) c'est l'incarnation de ce qui se fait de pire en politique : ALLER A LA SOUPE !

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent

    RépondreSupprimer